Qu’est ce que le redressement judiciaire ?

Mis à jour le 02/04/2014

Dans le contexte économique actuel, une entreprise peut se trouver en situation de ne plus pouvoir payer ses dettes et tomber en état de cessation des paiements. Dès lors une procédure de redressement judiciaire peut être demandée volontairement ou être contrainte au dirigeant. Voyons plus en détails ce qu'implique une procédure de redressement judiciaire.

Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
5
Moyenne: 5 (1 vote)
Notes : 5 (1 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
5
Moyenne: 5 (1 vote)

Qu'est-ce que l'état de cessation des paiements ?

Une entreprise qui ne peut plus faire face à son passif exigible à court terme (dettes fiscales, dettes sociales, dettes fournisseurs, découvert bancaire, emprunt à – d’1 an,…) avec son actif réalisable court terme (trésorerie, comptes clients, placements, effets à l’encaissement,…) se trouve en état de cessation de paiement

Les acteurs de la procédure de redressement judiciaire

  • Le tribunal compétent : il s’agit du tribunal de commerce pour les entités ayant une activité commerciale et le tribunal de grande instance pour les entités ayant une activité civile.
  • Le juge commissaire : nommé par le tribunal, il est chargé de veiller au bon déroulement de la procédure de redressement judiciaire et à la protection des intérêts en présence.
  • Le mandataire judiciaire : désigné par le tribunal, il est le représentant des créanciers et peut conseiller le dirigeant dans ses décisions. C’est lui qui invite les différents créanciers à déclarer leurs créances. Il établit un rapport à l’attention du tribunal sur les propositions de plan de redressement suite à la concertation avec les divers créanciers.
  • L’administrateur judiciaire : facultatif pour les entreprises dont le CA HT est inférieur à 3 M€ et l’effectif inférieur à 20 salariés. Il aura pour mission la surveillance de la gestion et l’assistance au dirigeant.

Les spécifités de la procédure de redressement judiciaire

  • Une période d’observation, d’une durée de 6 à 18 mois est ouverte, sous l’égide du Tribunal compétent
  • L’entreprise est à vendre dès l’ouverture du redressement judiciaire
  • Les cautions des personnes physiques sont suspendues uniquement pendant la phase d’observation
  • La rémunération du dirigeant est soumise à autorisation du juge-commissaire
  • Risque de nullité des actes en période suspecte (18 mois maximum avant la date d’ouverture de la procédure)

Que prévoit le plan de redressement judiciaire ?

Le plan de redressement est arrêté par décision de justice. Il prévoit soit :

  • Une cession-redressement (l'entité poursuit son activité en remboursant tout ou partie de son passif, avec les mêmes actionnaires et dirigeants ou bien en changeant).
  • Une cession-liquidation : l'activité économique de l'entité est cédée à un tiers et l'activité se poursuit dans une autre entité. Avec le fruit de la cession et la réalisation des actifs non repris (par exemple les créances et la trésorerie), le passif est remboursé selon l'ordre de priorité légal).
  • Une liquidation judiciaire si l'activité n'est pas viable, au cours de laquelle l'objectif est de réaliser l'ensemble des actifs de l'entreprise (biens, etc.), et de payer les créances dans l'ordre défini par la loi. Bien que cette procédure soit subsidiaire, elle est de loin la plus fréquente (environ 3/4 de liquidations).
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
5
Moyenne: 5 (1 vote)
Besoin d'un expert comptable ?
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test
D'autres sujets qui pourraient vous intéresser...
Livres blancs

Commentaires

Pas de commentaire pour cet article !

Besoin d'un expert comptable ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • Besoin d'un expert comptable ? Cliquez ici