Créez votre entreprise GRATUITEMENT: On s’occupe de toutes les formalités pour  vous! JE ME LANCE

Business angels : comment les convaincre d'investir dans votre startup?

Mis à jour le 27/06/2018

Vous avez décidé de créer votre startup. Bravo et bienvenue au club des entrepreneurs ! Et maintenant, pour appliquer les conseils de « La création de startup pour les nuls » (à ma connaissance, le livre n’est pas sorti et je veux bien participer à sa rédaction), vous partez à la chasse aux business angels (BA). Et moi, je vous fais deux remarques préalables :


Notes: 5 (1 vote)
Donner une note à cette fiche: 
5
Moyenne: 5 (1 vote)
0
Your rating: Aucun(e)
  1. Allez-vous intéresser les Business angels ? En effet, seules les entreprises qui ambitionnent de réaliser plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires à cinq ans et d’occuper une position de leader sont éligibles. Si ce n’est pas votre cas, passez votre chemin et allez chercher l’argent auprès de vos clients.
  2. Anticipez les conséquences de l’entrée des Business angels dans votre capital. Etes-vous prêt à partager l’information financière et vous remettre en cause ?

Attention, je ne vous dis pas de ne pas faire appel aux business angels. En effet, administrateur de Paris Business Angels, je suis un fervent militant de leur développement.  Et, créateur de Juste à temps, je suis bien placé pour savoir ce que m’a apporté l’ouverture de mon capital avec une croissance supérieure à 20 % depuis 2011.

Bon OK, votre décision est prise. En effet, votre startup « Just in time » a besoin de cash avant de monétiser son audience et vous êtes prêt à perdre en autonomie pour gagner en ambition. Le moment est venu de rentrer en relation avec les Business angels.

Rentrer en relation avec les BA

  1. Commencez par faire le tour de vos relations : anciens employeurs (d’où la nécessité de rester en bons termes), réseaux pro (linkedin, twitter, viadeo…), amis et famille… avec modération, etc.
  2. L’idéal, c’est d’être dragué par les Business angels. Pour être visible, rien de tel que les concours de startups et la création d’un blog comme je l’ai fait avec Business Angel France.
  3. Maintenant que vous êtes rôdé, c’est le bon moment pour contacter les associations de Business angels répertoriées sur France Angels et les sites de mises en relation comme Fundme.fr. A ce stade, je vous donne deux conseils : pas trop de dispersion (c’est très chronophage) et beaucoup de cohésion (tout le monde se connait dans cet écosystème).

Votre dossier de présentation

Je passerai vite sur ce point. En effet, la plupart de vos interlocuteurs vous demanderont les mêmes documents au départ, à savoir un business plan intégrant un executive summary. C’est après que les choses se compliquent quand vous allez devoir refaire et rerefaire votre compte de résultat prévisionnel. Et ç’est là que je vous dis attention danger. En effet, vous allez vous retrouver avec des dizaines d’hypothèses (pessimiste/réaliste/optimiste, marché français/international, business model initial/évolutif…). A ce stade, attention notamment aux erreurs de calcul dans vos tableaux excel.

Sinon, très important, mettez en place des deadlines avec vos interlocuteurs en leur demandant rapidement une lettre d’intention pour vérifier qu’ils sont prêts à se mouiller dans une aventure entrepreneuriale commune.

Travaillez votre comportement

C’est l’élément clé pour moi. Une levée de fonds, c’est une course de fond. Pour être tranquille, comptez six mois pendant lesquels vous allez passer par des hauts et des bas importants. Voici donc quelques conseils pour votre entraînement :

  • Préparez vos pitches et vos rendez-vous investisseurs : sachant que la réussite dans le domaine de la levée de fonds doit être de l’ordre de 5%, il n’y a pas de place pour les amateurs.
  • Allez-y molo sur la valo(risation) : comme tout le monde ne s’appelle pas Mark Zuckerberg, appliquez ces conseils de bon sens.
  • Travaillez votre équilibre : les Business angels détestent les créateurs imprévisibles (même s’ils sont talentueux).
  • La remise en cause : ça tombe bien, c’est la qualité essentielle d’un entrepreneur selon moi. Donc, quand cinq Business angels vous disent que vous faites fausse route, écoutez-les et challengez-les pour bénéficier de leurs précieux conseils… gratuits.
  • L’honnêteté : j’insiste, mais tout le monde se connait dans l’écosystème des startups. Donc, si vous dites blanc à X et noir à Y, vous allez vous griller.
  • Le bluff : oui, on peut être honnête et enjoliver la situation. Comment ? Sur ce sujet sensible, contactez-moi !
  • La modestie : malheureusement, cette matière n’est pas enseignée dans nos grandes écoles et c’est bien dommage.

Alors, toujours partant pour lever des fonds ?

A propos de Patrick Hannedouche

Après une école de commerce (ESSCA Angers), j’ai acquis une bonne expérience dans la grande distribution (Carrefour, Promodes), l’export (Bonduelle) et la direction de PME (Caditel). En 1990, j’ai créé Juste à temps, le partenaire convivialité des entreprises.

Fort de cette expérience, je suis devenu investisseur dans des créations d’entreprise où je peux apporter ma vision, mon expérience, mon réseau et du capital. Je suis administrateur du réseau Entreprendre et de Paris Business Angels.

J’exprime mes idées et je transmets mes conseils sur mon blog Business Angel France. J’y pratique le parler-vrai qui me caractérise et je m’appuie sur mon expérience.