Location meublée

Mis à jour le 23/04/21

Un logement est loué meublé lorsqu'il comporte tous les éléments permettant son occupation (table, cuisine, lit...).

La fiscalité de la location meublée peut se révéler assez avantageuse par rapport à celle de la location nue.

En effet, le contribuable qui a opté pour le régime réel d'imposition, peut déduire, en plus des charges "traditionnelles" (taxe foncière, intérêts d'emprunt, travaux...), des annuités d'amortissement.

Vient en déduction des loyers, chaque année, une fraction de la valeur d'inscription des biens immobiliers à l'actif (les bailleurs soumis au régime réel doivent tenir une comptabilité commerciale, avec un actif et un passif).

Exemple :

Un loueur en meublé a inscrit à l'actif un immeuble 300.000 euros. Celui-ci peut être amorti sur 30 ans. Chaque année, pourra être déduit 300.000/30 = 10.000 euros d'amortissement.

L'amortissement permet d'échapper à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

L'option pour le régime réel doit être réalisée avant le 1er janvier de l'année d'imposition pour un effet l'année suivante (option en janvier 2017 sur les revenus 2017 déclarés en 2018).

 

Ceux qui louent meublé pour la première fois en 2017 et qui n'ont pas validé l'option dans les temps, peuvent le faire en déposant une liasse fiscale avant le début du mois de mai. Dans ce cas, le réel s'appliquera sur les revenus 2017.

 

 

Ceux qui n'ont pas opté pour le régime réel sont soumis de plein droit au régime du micro BIC. Ils peuvent déduire de leurs revenus un abattement de 50%. Ils ne sont soumis à aucune obligation comptable et doivent simplement renseigner leurs recettes (loyers...) sur leur déclaration de revenus.