Evaluer l'entreprise à reprendre grâce à l'analyse économique

Mis à jour le 24/06/2011

L'analyse économique permet d'évaluer les atouts / défauts, les potentialités de croissance, les perspectives d'amélioration et donne ainsi une évaluation chiffrée de l'entreprise.

Quels sont les éléments à prendre en compte lors de l'analyse économique ?

L'analyse économique de la cible doit à tout prix prendre en compte les éléments suivants :

  • Les moyens utilisés par l'entreprise pour développer son activité
  • L'activité de l'entreprise (marché, perspective de croissance, compétitivité de la cible)
  • La rentabilité financière de l'entreprise
  • Le personnel (poids du dirigeant dans l'entreprise, rôle des salariés)
  • La question juridique (les contrats, litiges et procès en cours, contrats de location etc.)

Savoir analyser les moyens

Quels sont les moyens dont l'entreprise a besoin pour le bon déroulement de son activité ? Le repreneur se doit de répondre à cette question afin d'établir un budget.  Il faut pour cela analyser :

  • L'immobilier et l'emplacement de l'entreprise
  • Le matériel utilisé
  • Le stock
  • L'organisation de l'entreprise : responsable vente, responsable achat, etc.
  • Le fonds de commerce : brevets, marques

De cette analyse, l'acquéreur a une bonne idée non seulement des moyens déjà mis en œuvre mais aussi des investissements (à court et moyen termes) nécessaires pour le développement de l'activité.

Savoir analyser l'activité de l'entreprise à acquérir

Analyser l'activité de l'entreprise revient à faire non seulement une étude marketing sur le marché mais aussi sur l'entreprise et ses produits vendus. Ainsi il faut donc se consacrer à :

  • Identifier les concurrents, les fournisseurs, les clients
  • Evaluer les potentialités de croissance du marché
  • Analyser l'évolution du chiffre d'affaires, de la marge des dernières années et expliquer les différentes tendances
  • Comparer les résultats du marché avec ceux des concurrents
  • Comparer les prix de l'entreprise avec ceux du marché
  • Identifier les réseaux de vente, la force de vente, les opérations de publicité

Toutes ces analyses permettront à l'acquéreur d'établir un véritable diagnostic de l'activité.

Etablir une analyse financière

Avant toute reprise il faut bien évidemment établir la situation financière de l'entreprise, l'acquéreur ne pouvant se contenter du résultat net. Pour cela, l'acquéreur va devoir réaliser :

  • Une analyse de la rentabilité : comprendre d'où vient la rentabilité, connaître et expliquer les évolutions de rentabilité au cours des dernières années
  • Etudier le bilan, faire une analyse du besoin en fonds de roulement qui permet de connaitre les besoins en trésorerie
  • Une analyse du « point mort » (chiffre d'affaires à réaliser pour que le montant des profits soit égal au montant des charges)
  • Comparer tous ces éléments à ceux du marché

Etablir une analyse du capital humain de l'entreprise

Au niveau du capital humain, l'acquéreur doit analyser 2 points :

  • Le cédant : dans beaucoup de petites entreprises, le cédant représente à lui seul le fonds de commerce. Son nom, son charisme font la réputation de l'entreprise. Ainsi, le départ du cédant peut nuire au bon fonctionnement de l'entreprise. De plus, l'acquéreur doit connaître les motivations du cédant pour déceler d'éventuels soucis à venir
  • Les salariés : en reprenant l'entreprise, l'acquéreur reprend également l'ensemble des contrats de travail. L'acquéreur doit donc connaître la situation de chaque salarié (place dans l'entreprise, ancienneté, savoir-faire etc.)

Analyser la situation juridique de l'entreprise

La reprise d'une entreprise entraine également la reprise d'un certain nombre de contrats :

  • Les contrats de locations
  • Les contrats d'assurance
  • Les contrats passés avec les clients, fournisseurs, sous-traitants
  • Les contrats de crédit

Lors de la reprise, l'acquéreur récupère également :

  • Les litiges, les procès en cours
  • Les obligations sociales et fiscales. L'acquéreur doit s'assurer qu'il n'y a pas un risque de redressement fiscal par exemple
  • Les statuts de l'entreprise

Une synthèse de toutes ces analyses (moyens, activité, finance, juridique, sociale) permet à l'acquéreur d'obtenir une bonne évaluation de l'entreprise.