Créez votre entreprise GRATUITEMENT: On s’occupe de toutes les formalités pour  vous! JE ME LANCE

Salaires et rémunérations

L-Expert-Comptable.com Confiez-nous votre compta pour 99€ ht / mois, tout compris ! Je me lance

Des questions sur les salaires ou les barèmes de rémunérations en France ? Ou encore sur les rémunérations annexes auxquelles vous pouvez prétendre (qu'il s'agisse d'allocations publiques et soc


Des questions sur les salaires ou les barèmes de rémunérations en France ? Ou encore sur les rémunérations annexes auxquelles vous pouvez prétendre (qu'il s'agisse d'allocations publiques et sociales, ou privées) ? Que vous soyez employé ou même stagiaire, nos experts en droit du travail vous éclairent sur la question des salaires et des rémunérations en France.

Derniers articles
  • Calculer le Salaire Brut ⇄ Net (08/11/2019)

    Convertir le salaire brut en salaire net (ou l'inverse) : horaire, mensuel, annuel et en fonction du contrat de travail (statut cadre, non-cadre, fonction publique). Le salaire net est celui qu'on touche à la fin du mois. Le salaire brut est celui annoncé lors d'un entretien d'embauche.

     

  • Calcul du salaire brut/net pour un apprenti (03/07/2019)

    apprentissage salaire brut net

     

  • Quelle rémunération pour les heures supplémentaires ? (26/06/2019)

    ...

     

  • Simulateur de cotisations salariales et patronales : combien coûte un salarié (26/06/2019)

    Cet outil calcule le montant des cotisations sociales et patronales (santé, retraite, chômage, CSG/CRDS) pour un salarié en CDI. Indiquez s'il s'agit d'une entreprise ou d'une association, le nombre d'employés, le statut du salarié, sa rémunération et son temps de travail hebdomadaire pour connaître le montant des cotisations sociales (part salariale + employeur), le montant total que vous paierez mensuellement et le détail des prélèvements. Des versions bêta proposent de connaître le montant des cotisations sociales sur les salaires des employés en CDD et des apprentis.

     

  • CSG déductible en 2018 (11/09/2018)

    La CSG (Contribution Sociale Généralisée) est prélevée sur les salaires, les dividendes, les revenus du patrimoine et de placement pour financer la Sécurité sociale. Elle complète la CRDS (Contribution à la Réduction de la Dette Sociale) qui est prélevée sur les revenus bruts. Une partie de la CSG est déductible de l'impôt sur le revenu, son taux varie de 3.8% à 6.8% en fonction du revenu prélevé.

     

  • Travail de nuit : majoration de salaire, repos compensatoire (05/06/2018)

    Le travail de nuit habituel majore de 30% le salaire, le travail de nuit exceptionnel l'augmente de 60%, sauf dans l'hôtellerie-restauration. Un travail de nuit dure au moins 3 heures, 2 fois par semaine et se déroule entre 22h et 6h. Il se suit d'un repos de 11h minimum obligatoire. Les textes applicables à l’entreprise ou au domaine d’activité indiquent au salarié ses avantages en contrepartie d’un travail de nuit. Sauf dérogation, le travail de nuit est interdit aux mineurs.

     

  • Travail le dimanche : quelle rémunération ? (05/06/2018)

    Le Code du Travail prévoit que le salarié ne travaille pas plus de six jours par semaine, et que son repos hebdomadaire lui soit accordé de préférence le dimanche. Un certain nombre de dérogations, temporaires ou permanentes, existent pourtant, dont certaines prévoient une modification des conditions de rémunération.

     

  • Le maintien de salaire : définition, modalités de versement et contrôle (25/05/2018)

    En cas de maladie, accident du travail, accident professionnel ou maladie professionnelle, l’employeur est dans l’obligation de maintenir le salaire en complément des indemnités journalières de la Sécurité sociale. La durée de maintien de salaire est de 30 jours minimum et de 90 jours maximum par période d’indemnisation. Le maintien de salaire avec subrogation signifie que la Sécurité sociale verse les indemnités journalières directement à l’employeur qui les reverse au salarié avec le complément de salaire. En cas de maintien de salaire sans subrogation, les indemnités journalières de la Sécurité sociale et le complément de salaire sont versés au salarié.

     

  • L’externalisation du service paie dans une PME (23/05/2018)

    La gestion de la paie en entreprise fait partie des missions gérées par le service des ressources humaines et de la comptabilité. Il s’agit de réaliser les fiches de paie pour les salariés ainsi que les déclarations sociales. Les compétences du service paie sont pointues et évolutives au gré des différentes réglementations juridiques et sociales. Externaliser le service paie est courant parmi les PME qui préfèrent recentrer leur service ressources humaines dans la gestion des Hommes. La sous-traitance coûte jusqu’à 30 % moins cher qu’une embauche.

     

  • DADS : 4DS et norme 4DS (22/05/2018)

    Quand on parle de 4DS et de normes 4DS, on pense immédiatement à la déclaration DADS. La norme 4DS pour Déclaration Dématérialisée des Données Sociales est venue remplacer la norme DADS-U obligatoire depuis 2006. Ce changement est principalement dû au fait que la norme DADS-U ait présentée des limites comme par exemple le fait qu’elle soit complexe à utiliser, qu’elle manque de rationalisation et qu’elle ne permette donc pas de mettre en cohérence certaines données. Nous verrons, à travers cet article, les atouts de la norme 4DS.

     

  • Qu'est-ce que le « cut off » en matière de DADS ? (22/05/2018)

    La DADS (Déclaration Annuelle des Données Sociales) est une formalité obligatoire pour toutes les entreprises relevant du régime général et des collectivités publiques.

     

  • La DADS – Déclaration Annuelle des Données Sociales (22/05/2018)

    La Déclaration Annuelle des Données Sociales (DADS) est un document dans lequel l’employeur liste ses effectifs salariés et mentionne les rémunérations brutes, sur lesquelles sont calculées les cotisations sociales. C’est une formalité obligatoire, sous peine d’amende, pour tous les employeurs dont l’effectif est affilié au régime général de la Sécurité sociale. La DADS doit être transmise avant le 31 janvier de chaque année pour déclarer l’effectif de l’année civile antérieure. Plusieurs formats déclaratifs sont possibles pour transmettre la Déclaration Annuelle Des Données Sociales. La DADS-U consiste à établir de manière automatique la DADS via un logiciel de paie certifié puis à transmettre sur le site net-entreprises.fr. La DADSNET consiste à remplir soi-même la DADS et à la transmettre via le site e-ventail.fr.

     

  • Les exonérations de charges sociales diverses (22/05/2018)

    La plupart des créateurs et des repreneurs d’entreprises connaissent l’exonération de charges sociales liée à l’ACCRE. Néanmoins, il existe d’autres exonérations de charges sociales moins connues comme les exonérations attribuées aux commerçants, artisans et industriels installés en Zone Franche Urbaine (ZFU) ainsi que les exonérations attribuées aux Jeunes Entreprises Innovantes (JEI). L’objet de cet article est de vous donner des détails sur ces deux exonérations de charges sociales.

     

  • Les charges sociales en 2016, ce qui va changer pour vous (22/05/2018)

    Le poids particulièrement élevé des prélèvements obligatoires en France est, contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes,  est d’avantage imputable aux charges sociales qu’aux impôts, qui restent dans la moyenne de l’OCDE. Les premières feront l’objet du présent article, qui s’attardera sur les charges pesant sur les salariés en 2016, puis sur les professions indépendantes.

     

  • CSG et CRDS : définition et taux 2017 (22/05/2018)

    La CSG « Contribution Sociale Généralisée » et la CRDS « Contribution au Remboursement de la Dette Sociale » sont deux impôts français prélevés sur certains revenus des contribuables. La CSG et la CRDS sont appelées « prélèvement sociaux », car ils sont prélevés à la source et sont destinés à rembourser la dette de la Sécurité sociale. Les revenus concernés par ces prélèvements sociaux sont plus exactement les revenus du travail et revenus de remplacement, les revenus du patrimoine, les revenus de placements financiers et les gains de jeux. Le taux de CSG 2017 varie selon la nature du revenu et une partie est déductible de l’impôt sur le revenu. Le taux de CRDS 2017 est égal à 0.5 % pour chaque revenu concerné.

     

  • Hausse de la CSG : que devient mon salaire ? (22/05/2018)

    La CSG (et autres prélèvements sociaux tels que la CRDS) a un impact très important en matière de finances publiques. Ainsi, le rendement de cette contribution excède celui de l’impôt sur le revenu, du fait de son assiette et de son champ d’application très larges (les exonérations et abattements étant assez limités). Ainsi, les gouvernements successifs peuvent être tentés d’augmenter celle-ci, afin d’accroître les recettes publiques. Quel est l’impact d’une augmentation de la CSG sur les salaires ? C’est la question que nous allons aborder.

     

  • CSG et CRDS : origines, conditions et modalités (22/05/2018)

    La CSG (contribution sociale généralisée) et la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) sont deux impôts, fondés sur une même assiette, qui participent au financement de la Sécurité sociale. La CSG et la CRDS sont prélevées sur la quasi-totalité des revenus. Le taux moyen des prélèvements sociaux est d'aujourd'hui 12,1% (contre 1,1% à sa création en 1991) et c'est la CSG qui en constitue la majeure partie.

     

  • Le calcul de la CRDS : qui est concerné ? (22/05/2018)

    Les termes de CSG et de CRDS figurent sur chacune de vos fiches de paie et pourtant, savez-vous vraiment de quoi il s’agit ? La CSG (Contribution Sociale Généralisée) et la CRDS (Contribution au Remboursement de la Dette Sociale) sont en fait des prélèvements fiscaux. La CSG sert à diversifier les revenus de la sécurité sociale et la CRDS à combler le déficit de la sécurité sociale. Dans cet article, nous nous intéresserons au calcul de la CRDS.

     

  • La CSG (22/05/2018)

    Les revenus des personnes fiscalement domiciliées en France sont soumis à plusieurs prélèvements sociaux, notamment dans le but de réduire la dette publique. La CSG fait partie de ces prélèvements, avec la CRDS, le prélèvement social et contributions additionnelles (le prélèvement au titre du RSA par exemple).

     

  • Les charges sociales patronales (22/05/2018)

    Les charges sociales patronales sont des prélèvements réalisés sur les salaires avant leur versement et sont transférés à des organismes sociaux en vue d’être redistribués. Quelles sont les cotisations patronales à verser ? A quels organismes ? Quel est leur taux ?

     

  • A quoi correspondent les charges sociales sur salaire? (22/05/2018)

    Les charges de personnel ont une place importante dans la trésorerie d’une entreprise. Elles sont composées des salaires versés effectivement aux salariés et mais également des charges sociales, servant au financement de la sécurité sociale (maladie, vieillesse, famille…) et composées d’une part salariale et d’une part patronale. Le poids de celles-ci est particulièrement élevé (près de la moitié du salaire brut), ce qui peut freiner les embauches. Les salariés et les dirigeants sont soumis à des règles spécifiques en matière de cotisations sociales.

     

  • Comment passer du salaire brut au salaire net ? (22/05/2018)

    Le salaire brut correspond au salaire perçu chaque mois. Il se compose du salaire Net et des cotisations sociales salariales. Le salaire brut est le montant le plus élevé de votre fiche de salaire.

     

  • Les cotisations salariales en 2018 (22/05/2018)

    Les salariés sont obligés de verser des cotisations à la Sécurité sociale et aux caisses de régimes privés au titre des contributions sociales et pour bénéficier de prestations dans le cadre de leur couverture sociale. Les cotisations salariales sont directement prélevées par l’employeur sur le salaire brut mensuel de l’employé pour être reversées aux organismes dédiés, principalement l’URSSAF. Le taux de cotisations sociales salariales global en 2018 va de 22 à plus de 30 % du salaire brut mensuel, selon le statut du salarié : statut-cadre ou non-cadre.

     

  • Le nouveau barème de la taxe sur les salaires 2018 (18/05/2018)

    De très nombreux impôts et taxes parsèment le paysage fiscal français. Par ceux-ci, on trouve la taxe sur les salaires, qui vient suppléer la TVA. Son barème a été modifié en 2018 et ainsi le dernier taux de 20% du barème progressif a été supprimé. 

     

  • Travail de nuit : quelle rémunération ? (04/05/2018)

    Par convention et usage, le travail se réalise le jour. Cependant, certaines activités ou production exigent que des tâches soient réalisées de nuit. Pour répondre à ce besoin, le Code du Travail a prévu ses conditions.

     

  • Travail de nuit : encadrement, contreparties (04/05/2018)

    Le travail de nuit des salariés doit être prévu dans la convention collective ou dans un accord de branche/accord d’entreprise. Il doit respecter des impératifs de protection de la santé des travailleurs et être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité de l’entreprise. Légalement, une heure de nuit est une heure travaillée entre 21 heures et 6 heures (sauf pour certains secteurs d’activité). Le travail ne nuit ne peut pas excéder 8 heures consécutives (12 heures en cas de dérogation) et le travailleur de nuit ne peut pas effectuer plus de 40 heures de travail par semaine (44 heures en cas de dérogation) – calculées sur la moyenne des heures travaillées sur 12 semaines. La convention qui prévoit le travail de nuit doit mentionner des contreparties, qui peuvent être un repos compensateur pour travail de nuit ou la majoration des horaires de nuit. Les modalités de mise en place de ces contreparties sont fixées dans la convention. Bien souvent, la majoration de l’horaire de nuit est de 25 % et le repos compensateur prévu s’élève à 11 heures par tranche de travail de nuit effectuée.    

     

  • Le travail de nuit : durée légale, droit des salariés (04/05/2018)

    Le travail de nuit est une pratique exceptionnelle (contrairement au travail de jour qui est une pratique légale). Il doit prendre en compte les impératifs de protection de la sécurité et de la santé du travailleur et doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale.

     

  • La majoration des heures de nuit (04/05/2018)

    Le travail de nuit est encadré par la loi. Il ouvre légalement droit à un repos compensateur, mais un accord collectif, un accord de branche ou un accord d’entreprise peut prévoir une compensation financière pour les heures travaillées de nuit. Le taux de majoration des heures de nuit est alors expressément fixé par accord. Par exemple, la convention collective des ETAM (BTP) prévoit une majoration des heures réalisées de nuit à hauteur de 100 %, mais cette disposition ne vise que les travailleurs de nuit occasionnels (et non les travailleurs de nuit dits « réguliers »). Dans le transport de marchandises, le travail de nuit est majoré de 20 % pour les heures réalisées entre 21 heures et 6 heures. Dans l’hôtellerie-restauration, le travail de nuit n’est pas majoré financièrement. Il ouvre droit à un repos compensateur de 2 jours supplémentaires de congés par an.

     

  • Le salaire horaire minimum (04/05/2018)

    En 2011, le salaire horaire minimum est de 9 euros. Il est fixé par le Ministère du Budget, et revalorisé au moins une fois chaque année au 1er janvier. Le SMIC, salaire minimum interprofessionnel de croissance, occupe toujours une place centrale dans les débats, tant sociaux que politiques.

     

  • Le Smic horaire net en 2014 (04/05/2018)

    Le Smic horaire net en 2014 semblerait ne pas bénéficier de coup de pouce du gouvernement. Ainsi donc, les ménages concernés devraient se contenter d’une hausse du Smic de 1,4 %, ce qui représente une augmentation salariale nette de 17 € par mois. Toutefois, si l’indice de consommation des ménages s’en mêle, le gouvernement pourrait être contraint de faire un effort.

     

  • Les tenants d’une revalorisation minime du SMIC en 2014. (04/05/2018)

    Le Smic s’est vu augmenté de 1.1% en Janvier 2014. Concrètement, cela représente une augmentation ridicule dans la poche des quelques 2 millions de salariés concernés. Ainsi, le nouveau montant horaire brut est porté à 9,53 euros au 1er janvier 2014 (pour rappel il était de 9,43 euros au 1er janvier 2013). On peut donc constater qu’il s’agit ici d’une simple revalorisation légale. Aucun coup de pouce gouvernemental alors que les travailleurs s’enfoncent dans la précarité. Pourquoi donc ? Sur quoi se base donc cette augmentation ? Pourquoi sommes-nous dans une telle impasse ?

     

  • Le SMIC horaire en 2012 (04/05/2018)

    Le SMIC horaire ne cesse d’augmenter ces dernier temps. Cela permet au salaire minimum légal de suivre l’indice des prix ! Quel sera donc le montant du SMIC horaire en 2012 ?

     

  • SMIC 2011 : revalorisation de 8,86€ à 9€ bruts de l’heure au 1er janvier 2011 (04/05/2018)

    Le SMIC 2011 est revalorisé à hauteur de 9€ bruts de l’heure. En 2011, pour un salarié dont la durée du travail est de 35 heures hebdomadaires, le salaire mensuel brut est fixé à 1365€ et le salaire mensuel net à 1073€.

     

  • Symbole social fort, le SMIC a aussi ses effets pervers (04/05/2018)

    En novembre dernier, le Groupe d’experts sur le SMIC publiait un rapport mettant en lumière les conséquences négatives d’une hausse trop importante du salaire minimum. Voici leurs principales conclusions.

     

  • Le smic horaire en 2014 (04/05/2018)

    Le salaire minimum de croissance (Smic) représente le seuil légal minimum de rémunération des salariés. Il est revalorisé chaque année, voire deux fois par an, selon le taux d’inflation qui est constaté. Le gouvernement peut aussi décider de l’augmenter à tout moment. Voyons ce qu’il en est pour le smic horaire en 2014.

     

  • L'augmentation du SMIC en 2012 (04/05/2018)

    Le SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) est le salaire horaire minimum que perçoit un salarié en France. Le SMIC est revalorisé chaque année le 1er janvier. Alors qu’il était déjà passé de 9 euros à 9,19 euros le 1er décembre 2011, le SMIC horaire brut a encore été augmenté le 1er janvier 2012 et est passé à 9,22 euros.

     

  • La valeur du SMIC (04/05/2018)

    La valeur du SMIC brut en 2012 a été réévaluée le 1er janvier avec un nouveau montant horaire fixé à 9,22 euros. Le SMIC avait déjà été augmenté le 1er décembre dernier à 9,19 euros à cause de l'augmentation de l'inflation. Pour un salarié travaillant 35 heures par semaine, sauf la durée légale de travail, le salaire mensuel minimum est donc passé au 1er janvier 2012 à 1 398,37 euros brut au lieu de 1 393,82 euros. La valeur du SMIC en 2012 a donc gagné 0,30% par rapport au 1er décembre 2011.

     

  • Smic 2018 : montant horaire, mensuel et annuel du Smic (04/05/2018)

    Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance, plus connu sous l'acronyme de SMIC, est le salaire minimum appliqué par les entreprises en France pour toute personne âgée de 18 ans minimum. En 2018, le montant du SMIC brut en France est de 1498.47 euros mensuel, 17 981.64 euros annuel et 9.88 euros de l'heure. Aucune personne majeure ne peut être rémunérée à un salaire inférieur. Pour un apprenti le montant du SMIC perçu dépend de son âge et de son expérience. Un mineur qui a une ancienneté inférieur à 6 mois ne va bénéficier que d'un pourcentage inférieur au montant maximum du SMIC, ce pourcentage varie en fonction de l'âge du mineur.

     

  • Salaire en arrêt de travail : conditions, montant, durée (04/05/2018)

    Vous êtes en arrêt de travail et vous vous demandez comment vous allez être rémunéré, cet article vous donnera les informations dont vous avez besoin. En effet, en cas de maladie ou d’accident, vous bénéficiez des indemnités journalières de la sécurité sociale. Sous certaines conditions, vous avez également le droit à un complément de salaire versé par votre employeur.

     

  • Indemnisation arrêt de travail (04/05/2018)

    Un salarié qui est en arrêt de travail pour maladie peut percevoir sous certaines conditions des indemnités journalières de la Sécurité sociale. Celles-ci sont versées par l’Assurance Maladie pour compenser la perte de salaire.

     

  • Gratification du stagiaire, différence net/brut de sa rémunération (04/05/2018)

    Un stagiaire doit recevoir une graification minimal, exonéré de cotisations sociales dès lors que son sage dépasse les 2 mois au cours de l'année. Soit plus de 44 jours consécutifs ou non, pour 7h/jour ou 308 heures de présence continue ou non. Le montant ne peut être inférieur à 3,7 € par heure de stage, soit 554,40 € pour un mois. Celle-ci est soumise à cotisations sociales et ainsi, il existe une différence entre le brut et le net. 

     

  • Contrat de professionnalisation : quel salaire pour quel public ? (04/05/2018)

    Aujourd’hui nous allons revenir sur le contrat de professionnalisation en nous attardant sur la question des salaires. La première chose à savoir, est que celui-ci varie en fonction de l’age de l’apprenti, et de son niveau de formation. En fonction des éléments, le salaire correspondra à un pourcentage du SMIC.

     

  • Peut-on maintenir son salaire pendant un arrêt maladie ? 5 questions à se poser (02/05/2018)

    De quelle ancienneté dois-je justifier pour pouvoir bénéficier d'un maintien de salaire, pendant mon arrêt maladie ? Quelles formalités dois-je m'assurer avoir effectuées pour pouvoir prétendre à un maintien de salaire, pendant mon arrêt maladie? Doit-on me maintenir mon salaire brut ou mon salaire net, pendant mon arrêt maladie ? Quels éléments de mon salaire doivent être maintenus, pendant mon arrêt maladie ? A quelle date doit débuter mon maintien de salaire ?

     

  • Lettre type d'absence au travail pour cause de maladie (02/05/2018)

    Contrairement à un écolier, pour un salarié, les justificatifs devant être produits en cas de maladie sont un peu plus importants qu’une simple lettre d’absence pour cause de maladie. En cas d’absence pour maladie, le salarié devra tout d’abord en informer son employeur et lui transmettre son certificat médical, à défaut des sanctions pourront être appliquées.

     

  • Le salaire pendant un arrêt maladie (02/05/2018)

    Un arrêt maladie est un arrêt du travail dont la cause est un accident du travail ou non ou une maladie due ou non au travail. Le point sur ce sujet et sur le salaire que vous pouvez percevoir pendant un arrêt maladie.

     

  • Rémunération : composition, montant minimum (20/04/2018)

    La politique de rémunération d'une entreprise a un impact direct et décisif sur la motivation et la productivité des salariés. Elle peut également être un argument d'attraction des candidats à l'embauche. Il existe le salaire fixe et le salaire variable. Le salaire minimum mensuel (SMIC) est de 1498.47 euros en 2018. 

     

  • Lettre de dénonciation d'un usage d'entreprise (12/03/2018)

    Un usage d'entreprise résulte d'une pratique mise en place par l'employeur et constituant un avantage spécifique pour les salariés. Si cet usage n'est pas inclus dans le contrat de travail de chaque salarié, l'employeur peut le supprimer en informant les représentants du personnel et en avertissant chaque salarié par une lettre simple ou recommandée. Sachez qu'une note interne diffusée à chacun des salariés ou un affichage de votre décision dans les locaux de l'entreprise ne sont pas jugés satisfaisants par la Cour de Cassation, ce qui vous oblige à envoyer à chaque salarié une lettre conforme à notre modèle. Vous pouvez envoyer la lettre par courrier recommandé avec accusé de réception ou la remettre en mains propres au salarié en échange d'une signature, mais ce n'est pas obligatoire. 

     

  • Les traitements et salaires 2018 (12/03/2018)

    L'impôt sur le revenu est composé de différentes catégories de revenus . Il convient de déterminer le revenu global en calculant et additionnant les différentes revenus perçus par le foyer fiscal. Parmi ceux-ci, on trouve les traitements et salaires, concernant notamment les dirigeants, les salariés ou les fonctionnaires. Le contribuable peut, soit bénéficier d'un abattement de 10%, soit déduire les frais réels supportés dans le cadre de sa profession.

     

  • Rémunérer ses commerciaux selon le profil et l'évolution (04/01/2018)

    La rémunération d’un commercial peut se faire sous deux formes : Fixe ou variable. La rémunération fixe récompense les compétence quand la rémunération variable récompense la performance. Il est important de choisir en fonction du profil via trois critères : l’impact économique, la complexité des négociations et les compétences managériales que possède le commercial. De plus, la rémunération assure l’attractivité de l’emploi et la sécurité du poste.

     

  • A travail égal, salaire égal ? L'employeur peut-il différencier les salaires pour un même poste? (27/12/2017)

    L'employeur a pour obligation d'assurer l'égalité des rémunérations entre tous les salariés dès lors que ces derniers sont placés dans une situation identique. Toutefois, le respect de ce principe « à travail égal, salaire égal » n'empêche aucunement l'employeur d'individualiser les salaires de personnes effectuant un même travail ou un travail de valeur égale sous réserve de critères objectifs matériellement vérifiables et étrangers à toute discrimination.

     

  • La grille des salaires : utilité et application (21/12/2017)

    La grille des salaires donne une classification des salaires des employés, ouvriers, ETAM et cadres, selon la convention de l’entreprise. Cette grille est indicative et sert pour les négociations des salaires. La grille de salaire est composée d’une niveau de responsabilité du salarié qui détermine un coefficient pour attribuer une rémunération. L’employeur peut, s’il le souhaite, verser un salaire supérieur au coefficient donné.

     

  • La réduction Fillon sur les bas salaires (14/12/2017)

    La réduction Fillon sur les bas salaires permet aux entreprises de bénéficier d’allégements sur les charges sociales patronales. L’allégement accordé par le gouvernement est calculé en fonction d’un coefficient qui dépend du niveau des salaires de vos employés et de l’effectif de votre entreprise.

     

  • Les différents types de rémunération variable (20/11/2017)

    Notre pays a une tradition de stabilité en matière salariale, comparativement au modèle anglo-saxon. Ainsi, les salariés restent souvent longtemps dans la même entreprise et perçoivent un salaire fixe. Toutefois ce modèle est en train de voler en éclat, du fait de la fluidification des rapports sociaux et économiques. Ainsi, les changements d’employeurs sont désormais fréquents et les modes de rémunération variable se développent. Le présent article s’attardera sur ceux-ci.

     

  • Optimiser les revenus des salariés (13/09/2017)

    Une bonne politique salariale vise à motiver les salariés en récompensant financièrement les efforts réalisés. Une faible rémunération pouvant pousser les bons éléments vers la sortie. Toutefois, considérant le poids des charges sociales (près de la moitié du salaire brut) et de l’impôt sur le revenu, il conviendra d’utiliser tous les leviers prévus par le législateur afin d’optimiser la rémunération de ses salariés : avantages en nature, stock-options, actions gratuites, intéressement, épargne salariale, les possibilités sont multiples.

     

  • Stocks options : sociétés concernées, mode d'attribution, imposition (04/09/2017)

    Les dirigeants et les salariés peuvent percevoir, en supplément de leur rémunération des stock-options. Ceux-ci sont en fait des actions dont la valeur  d’achat a été déterminée préalablement et est indépendante du cours ultérieur. Leur fiscalité, en matière d’impôt sur le revenu, a été régulièrement modifiée. Ainsi, aujourd’hui, le gain d’acquisition est imposé dans la catégorie des traitements et salaires.  

     

  • Comment négocier une augmentation de salaire ? (06/01/2016)

    Le moment idéal pour demander une augmentation de salaire est lors de l’entretien annuel. Vous pourrez alors justifier vos prétentions grâce aux  objectifs que vous avez atteints. En effet, négocier son salaire nécessite de pouvoir quantifier sa valeur ajoutée au sein de l’entreprise, mais aussi de connaître sa valeur sur le marché de l’emploi.

     

  • La prime à l'emploi à qui s'adresse-t-elle ? (19/04/2012)

    La prime pour l'emploi est une aide au retour à l'emploi ou à la poursuite d'une activité professionnelle.

     

Confiez-nous votre comptabilité pour 80€ / mois  Une offre 100% en ligne & sans engagement. Nos équipes s’occupent de tout pour  vous !   Je me lance