Micro-entreprise

Derniers articles

  • Depuis le 1er janvier 2018, les auto-entrepreneurs ont 2 seuils de chiffre d’affaires : CA > 33.200 euros (activités de services) ou CA > 82.800 euros (ventes de produits) : finie la franchise de TVA, vous devez facturer et reverser à l’état. CA > 70.000 euros (activités de services) ou CA > 170.000 euros (ventes de produits) : la micro-entreprise bascule dans le régime de l’entreprise individuelle qui ne protège pas le patrimoine personnel. Vous dépassez le premier ou le deuxième seuil d’auto-entrepreneur ? 3 options s’offrent à vous : Rester auto-entrepreneur et payer la TVA (1er seuil), continuer en entreprise individuelle (2e seuil) Créer une société tout seul (EURL ou SASU) : vos dépenses passent en charges d’entreprise et diminuent vos impôts Créer une société à plusieurs (SARL ou SAS)
  • Durant cette période difficile, chaque entrepreneur regarde avec attention la moindre dépense. L’optimisation des dépenses est d’autant plus importante lorsqu’on est auto-entrepreneur car ce dernier est imposé sur le montant de son chiffre d’affaires perçu. C’est-à-dire que tout achat au nom de l’entreprise ne peut pas être déduit du chiffre d’affaires. Il ne faut surtout pas penser en termes de charges mais bien en termes de dépenses. En effet, chaque achat se fait au détriment de ses revenus. Pour éviter cela, il est nécessaire d’identifier les dépenses inutiles ou trop élevées pour les supprimer ou les réduire. Dans cet article on vous récapitule les différentes méthodes pour réduire au mieux vos dépenses : les identifier, les partager, les amortir, faire acheter son client ou réaliser des notes de débours par exemple.
  • Votre activité est actuellement sous un régime d’auto-entrepreneur ou micro-entreprise et vous vous demandez à quel moment il serait opportun de basculer en société ? Lors d’une création d’entreprise, le régime d’auto-entrepreneur peut vous séduire par la simplicité des démarches par rapport à l’ouverture d’une société. Au fur et à mesure que le temps s’écoule, les règles et limites de ce régime vous bloquent sur votre développement (impossibilité de déduire vos charges) ou vous limitent dans votre gestion (ne pas pouvoir récupérer la TVA sur vos achats), vous souhaitez protéger votre patrimoine ? Voici des points de réflexion sur les raisons d’un changement vers la création d’une société.
  • Les freelances en micro-entreprise (ou auto-entreprise) déclarent et paient leurs charges sociales au réel, chaque mois ou chaque trimestre. Sous certaines conditions, il est aussi possible de choisir le versement libératoire sur l’impôt. Dans ce cas, l’auto-entrepreneur paiera ses cotisations sociales en même temps que l’impôt sur le revenu. Les cotisations sociales comprennent les cotisations à l’assurance maladie, aux allocations familiales, à la CSG et à la CRDS, et les cotisations retraite de base et complémentaire. Les cotisations sociales ouvrent donc les droits à la retraite, mais comment cela fonctionne t-il ?
  • Cet article fait le point sur les différents aspects du statut de la Micro-Entreprise (aussi appelée Auto-Entreprise ou AE ou ME).
  • Un jour ou l’autre, votre projet sera prêt, vous quitterez le statut d’auto-entrepreneur et passerez en société. Passée la phase de réflexion, il faudra rentrer dans le vif du sujet : choisir votre nouveau statut, rédiger vos statuts, publier votre annonce au journal légal, transférer vos fonds si cela est nécessaire et pour finir fermer votre auto-entreprise en envoyant au CFE le formulaire P2-P4 auto-entrepreneur.
  • Vous vous êtes posé toutes les questions sur la faisabilité de votre future entreprise, vous avez fini de rédiger votre business plan, vous vous sentez prêt ? C’est parti ! Vous préparez votre justificatif de domicile, votre attestation de non-condamnation, votre attestation métier et créez votre auto-entreprise en ligne sur : CFEnet pour une activité commerciale CFEmetier pour une activité d’artisanat CFE.urssaf pour une auto-entreprise libérale Vous recevrez vos numéros d’identifications de la part de l'Insee (Siren, Siret, APE).
  • L’auto-entrepreneur n’a pas de hiérarchie, il fixe ses objectifs, ses tarifs, ses horaires et son temps de travail. Pour réussir comme auto-entrepreneur, mieux vaut être bien organisé ! Ne perdez pas du temps avec des appels perso, sur Internet ou sur votre boite mail….. Economisez de l’énergie en allant droit au but : planifiez et priorisez vos tâches ! Et, n’oubliez pas de penser à vous : travaillez à votre rythme et détendez-vous avec une activité qui vous plaît !  
  • L’auto-entrepreneur bénéficie d’une comptabilité allégée par rapport à celle des sociétés. Cependant, gérer une auto-entreprise est complexe : il faut émettre des devis, facturer, se faire payer, vérifier ses seuils, gérer ses stocks, payer ses impôts. Des applications de facturation et de tenue comptable facilitent la gestion des auto-entrepreneurs quelle que soit la profession. Les avantages de ses logiciels sont similaires, il ne restera plus qu'à trouver celui qui conviendra le mieux.
  • Acoss Stat, l’observatoire économique de l’Acoss et des Urssaf, a publié fin juillet son étude concernant les micro-entrepreneurs en 2016. Le nombre de micro-entrepreneurs a progressé de 7% par rapport à 2015.  
  • Qu’y a- t-il derrière le terme de micro-entreprise ? Pour résumer, c’est un type d’entreprise individuelle défini par un régime fiscal particulier, le régime micro-fiscal, soit un régime fiscal simplifié. Comme pour l’auto-entreprise, les formalités de création de la micro-entreprise sont simplifiées. Comme pour toute entreprise individuelle, la responsabilité de l’entrepreneur est illimitée (patrimoines personnel et professionnel confondus). Faisons donc le point sur les spécificités de la micro-entreprise.
  • Lors de la création de votre entreprise, il vous sera demandé de choisir un statut juridique. Des études montrent que la plupart du temps, pour les entreprises à chiffre d’affaires limité, les entrepreneurs décident de s’inscrire en tant qu’entreprise individuelle. Un des régimes fiscaux les plus adoptés pour ce genre de société reste celui de la micro-entreprise.