Crédits et réductions d'impôts des particuliers

Derniers articles
  • Les dépenses engagées en faveur de l’aide aux personnes (notamment les équipements spécifiques au profit des personnes handicapées) ouvrent droit à un crédit d’impôt de 25%. Les sommes éligibles sont plafonnées à 5000 euros pour une personne seule et à 10 000 euros pour un couple. 

  • La campagne électorale bat son plein et les candidats multiplient les propositions plus ou moins réalistes. Le pouvoir en place profite d’être aux manettes pour prévoir des diminutions d’impôt sur le revenu qui lui permettraient de renouer avec l’électorat populaire et qui seraient effective durant les élections présidentielles et législatives. Cette baisse prendrait la forme, d’après le projet de loi de finances pour 2017, d’une réduction de 20% au profit des classes moyennes et une généralisation du crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile.
     

  • Les contribuables qui emploient un salarié à domicile peuvent bénéficier de certains avantages fiscaux et sociaux. En effet le législateur a voulu favoriser ce type d'emploi, qui tend à réduire le chômage (en particulier au sein de certaines catégories de personnes vulnérables car peu diplômées). 

  • Après des années de hausses, de nombreux contribuables se demandent si leurs impôts vont enfin baisser. Il est vrai que la France bat des records en matière de taux de prélèvements obligatoires et que cette tendance haussière semble sans fin. Devant les nombreuses doléances qui lui sont présentées, le gouvernement a promis des baisses d’impôt en 2016. Qu’en sera-t-il dans les faits ? Ces baisses bénéficieront elles aux entreprises et aux particuliers ?

  • 2013 est une année sera une année assez lourde en matière fiscale. En effet, le gouvernement, afin de faire face à un déficit chronique, a sensiblement augmenté les impôts, en particulier l’impôt sur le revenu des ménages les plus « aisés ». En outre, de nombreux vecteurs de « défiscalisation » ont été supprimés ou ont vu leur efficacité être réduite. Qu’en est il au final ? Quels moyens reste il pour réduire son impôt sur le revenu en 2013 ? Cet article vient apporter des éléments de réponse.

  • L’assurance vie est souvent considérée comme une sorte d’eldorado fiscal permettant de percevoir d’abondants revenus en quasi franchise d’impôt. Qu’en est il en fait ? Est-ce un moyen si efficace de réduire ses impôts et la dernière loi de finances a-t-elle altéré l’intérêt de ce vecteur d’investissement? Le présent article vient répondre à ces questions.

  • Après plusieurs années de hausse particulièrement sensibles, le gouvernement a décidé de ralentir quelque peu l’accroissement du taux de prélèvements libératoires, qui commence à devenir assez problématique et porter les germes d’une fronde importante. Certaines catégories de contribuables pourront même bénéficier d’un allégement de leur fiscalité en 2015, comme va le montrer le présent article.

  • Nos pouvoirs publics ont décidé de réduire l'impôt sur le revenu que devront payer les ménages modestes à partir de cette année. Il en résultera que 3 700 000 foyers fiscaux constateront une baisse du solde de l'impôt sur le revenu qu'ils devront payer en septembre.

  • Parmi la multitude de crédits et réductions d’impôt applicables, on trouve le crédit d’impôt famille. Voici quelques développements concernant celui-ci.

  • La fiscalité peut devenir philanthrope parfois. Ainsi, le législateur accorde des avantages fiscaux aux personnes réalisant des dépenses qui pourraient relever de l’Etat providence (financement des organismes d’intérêt général, assistance aux personnes vulnérables…). Ainsi, il existe un crédit d’impôt pour les dépenses en faveur de l’aide aux personnes. Celui-ci fera l’objet du présent article.

  • Les investissements dans les départements, régions et collectivités d’Outre-mer ont fait l’objet de nombreux avantages fiscaux importants, visant à stimuler une économie en difficulté. La loi Girardin demeure dans la lignée de ces dispositifs très avantageux. L-Expert-comptable.com vient vous préciser les modalités d’application de celle-ci, pour les investissements réalisés par les particuliers.

  • A compter de 2009, les contribuables qui empruntent afin d’acquérir leur habitation principale, bénéficient d’un crédit d’impôt portant sur les intérêts d’emprunt.
    Cette mesure fiscale vise à faciliter et « démocratiser » l’accession à la propriété.

  • Parmi les très nombreuses réductions d’impôt qui parsèment le Code général des impôts (CGI) et qui permettent de réaliser de substantielles économies, on peut citer celle relative aux souscriptions de parts de fonds communs de placement à risque (FCPI). Cet investissement peut, si l’on prend en compte l’avantage fiscal, présenter un fort rendement. De plus, il est réalisé dans des structures importantes qui présentent des garanties de solvabilité plus solides qu’une PME.

  • La majorité actuelle a entamé un vaste chantier fiscal, permettant de faire rentrer des recettes supplémentaires afin de faire face à un déficit galopant. Les niches fiscales n’ont pas été épargnées par cette cure d’austérité et le plafonnement de celles-ci, par exemple, a été sévèrement réduit. Le présent article fait le point sur la situation applicable.

  • Concernant les revenus 2013 déclarés en 2014, il n’est pas possible de réduire son imposition car on ne peut prendre en compte que des éléments (charges et revenus) ayant trait à l’année précédente. Ainsi le présent article se penche sur les leviers pouvant être actionnés afin de réduire son imposition relative aux revenus perçus durant l’année 2014.

  • « Fais ce que tu dois et n’attends jamais rien en retour. Si quelque chose vient, accueille-le comme un cadeau. ». Tout le monde a entendu cette maxime populaire d’Emile-Auguste Chartier. Cependant en matière d’impôt, l’altruisme et le don ne sont pas désintéressés. Certains peuvent vous rapporter gros. Coup d’œil sur les 10 générosités qui vous seront rendues sur votre feuille d’impôt ! (NB : Les chiffres communiqués sont ceux applicables en 2013 sur les revenus 2012.)

  • Faire de la France un pays de propriétaires est une finalité que partagent de nombreux partis politiques. En effet, depuis les philosophes des lumières et la révolution française, la propriété revêt un caractère presque sacré. La fiscalité constituant un levier très puissant, des avantages fiscaux ont pu être accordés pour faciliter l’accès à la propriété. C’est ainsi le cas, récemment, de la réduction d’impôt portant sur les intérêts d’emprunt engagés pour acquérir sa résidence principale. En outre, il conviendra également de se pencher sur la déduction des intérêts portant sur un logement donné en location.

  • Un crédit d’impôt ne doit pas être confondu avec une réduction d’impôt. En effet, si tous deux viennent directement diminuer l’impôt du, le premier est remboursable s’il excède cet impôt. En matière de fiscalité des particuliers, il existe un certain nombre de charges ouvrant droit à crédit d’impôt. Découvrons-les !

  • Le précédent gouvernement ne songeait pas trouver au successeur au dispositif Scellier finissant. En effet ce dernier avait essuyé de nombreuses critiques, sur le fait qu’il profitait principalement aux promoteurs et qu’il déséquilibrait le marché de l’immobilier. La nouvelle législature, voulant trouver des remèdes à la crise du logement, a finalement créé un nouveau dispositif de défiscalisation immobilière : le Duflot. Voici les règles applicables en la matière en 2014.

  • L'impôt pour une assistante maternelle peut être très avantageux, nous allons vous expliquer comment en tirer le meilleur parti !

  • La fiscalité est une matière complexe et ardue dans laquelle il est facile de se perdre. Ainsi il conviendra, avant de s'atteler à son étude approfondie, de connaître ses bases et donc la définition des termes les plus usités. Parmi ces derniers, les réductions, crédits et déductions occupent une place particulière, puisqu'ils forment la matrice de toutes les mesures de défiscalisation.
    L-Expert-comptable.com revient sur ces termes.

  • L’impôt sur le revenu et l’ISF sont loin d’avoir leur rendement maximal. En effet, de très nombreux avantages fiscaux (exonérations, niches fiscales) viennent grever ceux-ci et un contribuable qui optimise bien sa fiscalité peut voir sa facture s’alléger considérablement. C’est le cas s’il réalise des investissements ouvrant droit à crédit ou réduction d’impôt. Voici un panorama des principaux crédits et réductions d’impôt relatifs aux investissements réalisés en 2014.

  • Rabot, plafonnement global, disparition de certaines niches ou apparitions d’autres avantages. Le chantier sur les niches fiscales est important et risque de s’accélérer après la présidentielle. Parmi ces modifications, le crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt, qui fut l’un des symboles de la loi TEPA et qui a été tout simplement supprimé en 2011. Le présent article vous en dit plus sur celui-ci.

  • Avec le vote des lois de finances de fin d’année, le contribuable est à même de connaître les règles qui s’appliqueront l’année suivante. Ainsi, par exemple, il pourra connaître avec précision le montant de l’impôt sur le revenu dont il sera redevable, en appliquant le barème progressif et les crédits et réductions d’impôt. Parmi ceux-ci, le crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt continuera, malgré sa suppression, à produire des effets et pourra être déclaré sur l’imprimé 2042.

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com