Comment créer une entreprise selon le métier

Quelle que soit l'activité que vous souhaitez exercer, vous devez choisir entre déclarer votre activité en tant qu'entrepreneur individuel ou créer une société. Si vous décidez de créer une société, la première étape sera de lui choisir une forme juridique. Cette dernière sera différente s’il s’agit d’une activité primaire, secondaire, de commerce ou bien de service. Certaines activités empêchent d’entreprendre sous des formes juridiques spécifiques ; d’autres, au contraire, réduisent votre choix à une seule forme possible.

La nature de votre activité peut avoir des conséquences sur la forme juridique de votre entreprise . Pour être sûr de ne pas vous tromper dans cette étape importante de la création, découvrez les formes juridiques adaptées à votre activité.

ACTIVITÉS

 FORMES JURIDIQUES

ACTIVITÉS PRIMAIRES ET SECONDAIRES

Industrie

  • SA

Construction

  • EI

  • EIRL

  • EURL

  • SASU

  • SARL

  • SAS

Agriculture

  • EARL

  • SELARL 

ACTIVITÉS DE COMMERCE

Commerce de détail, commerce de gros, commerce de bouche, immobilier, hébergement et restauration, services en direction des personnes, commerce et réparation automobile

  • EI

  • EIRL

  • EURL

  • SASU

  • SARL

  • SAS

  • SA

ACTIVITÉS DE SERVICE

Courtage, transports, activités scientifiques et techniques, activités de soutien aux entreprises, information et communication, enseignement, arts, spectacles et activités récréatives, activités financières

  • EI

  • EIRL

  • EURL

  • SASU

  • SARL

  • SAS

Professions libérales et santé

  • SELARL 

  • SELAS  

  • SELAFA 

Pour un chiffre d’affaires prévisionnel inférieur à 85 000 €, nous vous conseillons de créer votre entreprise sous forme :

  • d’EI, si vous prévoyez de ne pas avoir de salarié, ni de futur associé ;

  • d’EIRL, si vous prévoyez de ne pas avoir de salarié, ni de futur associé et que vous n’avez pas de résidence principale.

Pour un chiffre d’affaires prévisionnel entre 85 000 € et 240 000 €, nous vous recommandons de créer votre entreprise sous forme :

  • d’EURL, si vous prévoyez de ne pas vous associer ;

  • de SASU, si vous envisagez de faire entrer des actionnaires dans votre entreprise.

Pour un chiffre d’affaires prévisionnel entre 240 000 € et 790 000 €, nous vous préconisons de créer votre entreprise sous forme :

  • de SARL, si vous prévoyez de vous associer en nombre limité ;

  • de SAS, si vous avez plus de 2 actionnaires.

Dans le cas où vous prévoyez de réaliser un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros avec de lourds investissements et une introduction possible en bourse, nous vous conseillons la SA.

Quelques particularités :

  • La SAS, la SNC et la SARL ne conviennent pas aux professions judiciaires, juridiques ou de santé hors pharmaciens.

  • Les débitants de tabac ont l'obligation d’exercer en SNC ou en entreprises individuelles.

  • La SARL ne convient pas aux activités d’épargne, de capitalisation ou d’assurance.

  • Les artistes du spectacle ne peuvent pas exercer sous la forme d’une société par actions.

Derniers articles
  • Créer une entreprise de presse, un magazine ou bien un journal implique le choix d’un statut juridique approprié à la taille, à l’objet et aux moyens envisagés par la société. Outre l’immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés, la création d’une entreprise de presse fait l’objet de règles et de conditions issues de la loi de la liberté de la presse. La création d’une telle entreprise n’exige pas obligatoirement des apports conséquents, et des aides peuvent être proposées par l’Etat ou par des organismes privés. Le chef d’entreprise est soumis à certaines conditions pour être en droit d’ouvrir son entreprise de presse.

  • Lors des derniers Etats généraux de la presse écrite, il fut décidé de soutenir les diffuseurs de presse spécialisés et affiliés au RSI, dans le cadre de la modernisation de la vente au numéro. Un article consacré à la nouvelle aide accordée aux diffuseurs de presse.

  • L-Expert-comptable vous explique les démarches de création d’une entreprise agricole : la définition de la zone d’implantation et la nature de l’activité visée, l’étude de marché, les spécificités d’un prévisionnel financier d’une activité agricole, les aides financières, le régime social spécifique aux exploitants agricoles et les formalités administratives d’immatriculation. Vivre et travailler à la campagne peut être un rêve réalisable grâce à la création d’une entreprise agricole. Attention, développer une activité dans ce secteur nécessite des étapes de réflexion spécifiques et la sollicitation d’acteurs économiques différents d’une création d’entreprise classique. Comment créer une entreprise agricole ? 

  • Une SSII est une Société de Services en Ingénierie Informatique. Elle est destinée à apporter des solutions informatiques aux entreprises. Avant toute chose et avant de s’interroger sur le statut juridique de la SSII, il est important d’évaluer le chiffre d’affaires potentiel et de pouvoir estimer le nombre de clients.

  • Créer une entreprise de presse consiste à éditer en grand volume un journal ou un magazine de manière périodique, sur Internet ou en version papier. Si vous créez un journal ou un magazine, en ligne ou en version papier, gratuit ou payant, vous devrez établir une déclaration initiale de dépôt légal à la BNF ou à la DGMIC. Vous pouvez aussi demander le régime économique de presse auprès de la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) pour obtenir la fiscalité des entreprises de presse. Si vous créez une entreprise de presse, un journal ou un magazine que vous souhaitez monétiser, vous devrez vous immatriculer à la Chambre de Commerce et d’Industrie.  

  • Pour créer une entreprise de terrassement, vous devez choisir son statut juridique (EIRL, SARL, SAS, SASU…) et l’immatriculer auprès d’une CCI ou une chambre des métiers et de l’artisanat. Vous devrez prendre une assurance de responsabilité civile professionnelle et une carte d’identification professionnelle pour chacun de vos salariés. Vous pouvez bénéficier d’aides à la création (ACCRE) et d’aides spécifiques comme les concours d’artisanat pour démarrer plus facilement. Une fois l’entreprise créée, vous devrez respecter les normes des métiers de terrassement et de démolition.

  • Les mesures gouvernementales en faveur de la création d'entreprises de services à la personne ont incité bon nombre d'entrepreneurs à se lancer. Il y a des étapes et des points importants à connaître pour mener à bien son projet.

  • L’organisation mondiale du tourisme envisage 300 millions de jeunes voyageurs entre 15 et 30 ans dans le monde d’ici 2020 ! Le secteur des auberges de jeunesse reprend des couleurs, notamment avec l’arrivée des « hostels », lieux d’hébergement pour les jeunes, mi-hôtels, mi-auberges de jeunesse indépendantes qui proposent des services annexes comme des bars, la diffusion d’évènements sportifs, etc. Monter une auberge de jeunesse nécessite donc une étude de marché approfondie et la réalisation d’un business plan permettant de visualiser vos objectifs de chiffre d’affaires et le nombre de lits à remplir pour rentabiliser votre affaire. Pour créer une auberge de jeunesse, vous devrez également obtenir des agréments auprès du Ministère de la Jeunesse et des Sports et du Ministère de l’Éducation Nationale pour l’accueil des scolaires. Il existe également la Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) et la Ligue Française des Auberges de Jeunesse (LFAJ) pour les auberges de jeunesse associatives porteuses de valeurs humanistes et éducatives.

  • Créer une association sportive doit se réaliser sur la base des principes de la loi de 1901 .
    Des formalités sont à accomplir afin de créer une association sportive, comme la rédaction des statuts juridiques.
    Les statuts d'une association sportive doivent comporter des mentions obligatoires, et respecter le principe de non lucrativité de la loi de 1901. Néanmoins, il existe des critères définis par la DGI prévoyant une situation où l'association à un but lucratif. Une association loi de 1901 est totalement exonérée d’impôts, sauf si elle a un but lucratif où elle est soumise à l'impôt sur les sociétés (IS). L'affiliation à une fédération sportive n'est pas obligatoire, mais elle procure des avantages comme l'accès aux compétitions. Enfin, de plus en plus d'entreprises décident de créer une association sportive d'entreprise (ASE), un excellent moyen de promouvoir l'activité physique et la cohésion des équipes au travail.

  • La Maison des Artistes : un toit qui donne envie d’y implanter son entreprise. Le domaine de création concerné et les modalités d’accompagnement sont cependant spécifiques.

  • Bon nombre de secteurs professionnels, dont les procédés ont un impact direct sur les consommateurs ou sur l’environnement, sont encadrés par des normes de standardisation ou des certifications destinées à une amélioration constante des objectifs. Certaines de ces normes sont obligatoires, et d’autres sont facultatives. Les métiers du BTP sont particulièrement concernés. En effet, les normes françaises du bâtiment sont parmi les plus drastiques, et se sont largement développées ces dernières décennies.

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com