Abandon de poste

Derniers articles

  • L'abandon de poste n'est pas définit légalement par le Code du travail, mais il se caractérise par une absence du salarié à son poste de travail, non autorisée par son employeur ou non justifiée par un motif légitime. Souvent, l’abandon de poste est constaté par l’employeur après plusieurs absences injustifiées de la part de son salarié. À quel moment peut-on réellement parler d’abandon de poste ? Quelle est la procédure entamée par l’employeur et quelles sont les conséquences sur le salarié, en matière de licenciement, droits au chômage, versement de solde de compte... ? Nous vous proposons d’en savoir plus sur l’abandon de poste, côté employeur et côté salarié !   
  • L’abandon de poste désigne une absence injustifiée et prolongée d’un salarié qui quitte son poste de travail du jour au lendemain, sans prévenir ni indiquer une éventuelle date de retour. Le licenciement pour abandon de poste est un licenciement pour faute grave et suit une procédure et des délais stricts. L’employeur doit d’abord mettre en demeure le salarié puis il dispose de 6 semaines à compter du constat d’abandon de poste pour entamer la procédure de licenciement pour abandon de poste.
  • Cette lettre doit être utilisée dans le cas où le salarié est en absence injustifiée et que l’employeur décide de le mettre en demeure de reprendre son poste de travail. Cette lettre est à faire avant toute décision de sanction ou de licenciement.
  • L’abandon de poste est un arrêt de travail injustifié du salarié et sans l’autorisation de son employeur. Cet abandon peut entrainer un licenciement, une démission, voire une ré-intégration. Tout dépend de la réaction de l’employeur vis à vis du salarié. L’abandon de poste peut être considéré comme une faute grave, étant donné que le salarié n’effectue pas son travail. Si l’employeur ne prend pas de décision, le salarié continue de recevoir ses fiches de paie mais à zéro.
  • Un salarié de quitter son poste de travail pour harcèlement moral ou pression s'il prouve un harcèlement ou un stress ingérable. Les faits doivent mettre en évidence des comportements, gestes, paroles répétées qui portent atteinte à la dignité et néfastes pour le travail. Si le salarié ne prouve pas le harcèlement ou la pression qu'il subit, l'employeur peut engager une procédure de licenciement pour abandon de poste constitutif d’une faute grave.
  • Un abandon de poste est une sortie injustifiée et prolongée du salarié de l’entreprise durant son temps de travail. L’employeur doit d’abord mettre en demeure le salarié puis il dispose de 6 semaines à compter du constat d’abandon de poste pour entamer la procédure de licenciement pour abandon de poste. Sans respect de  la procédure, le licenciement pourra être requalifié sans cause réelle et sérieuse.
  • L'abandon de poste ne peut pas faire office de démission! Le salarié qui veut officiellement couper les liens avec son emploi doit donner sa démission en bonne et due forme. A l'inverse, l'employeur voulant se séparer de son salarié en abandon de poste doit effectuer une procédure de licenciement.
  • L’abandon de poste est symbolisé par l’absence de l’employé sur son lieu de travail pour une durée aléatoire. Ce comportement peut aboutir à une procédure de licenciement pour faute grave. Toutefois, l’employeur se doit de respecter certaines conditions s’il ne veut pas voir la rupture de contrat requalifiée en licenciement abusif ou encore être tenu de réintégrer le salarié dans son entreprise. Voici quelques précisions sur le licenciement et l’abandon de poste.