Comment créer une entreprise sans se prendre la tête

Mis à jour le 19/03/2018

La création d’une entreprise est souvent connotée comme étant un processus laborieux et très long, semé d’embûches et de pièges en tout genre. En suivant plusieurs étapes simples et bien découpées tout en se faisant épauler par des professionnels lors des phases clés, cela n’est pas si compliqué. L’important pour le futur chef d’entreprise est de se focaliser sur son projet, de bien le définir et de laisser toutes les tâches complexes et secondaires (business plan, formalités juridiques, démarches administratives) à des spécialistes.


Notes: 4 (3 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
4
Moyenne: 4 (3 votes)

L’idée, mon projet, ma motivation : points de départ d’une grande aventure

Toute entreprise est née d’une idée dont l’origine peut être très variée. Cette dernière peut trouver sa source au cœur de la vie personnelle de son créateur, un projet qui lui tient à cœur depuis l’enfance, imaginé et mûri de nombreuses années. L’idée peut aussi se concrétiser suite à une expérience personnelle ou professionnelle, l’acquisition d’un savoir-faire et/ou de compétences, lors d’un concours de circonstances.

Peu importe la source, vous avez en vous cette intuition, vous vous dites que votre projet sera révolutionnaire, novateur ou bien qu’il trouve sa place suite à l’évolution des mœurs, des pratiques, des habitudes de consommation de la société. Ou encore, que c’est le moment de saisir une opportunité commerciale.

Après une phase de maturation, le moment de vous lancer est enfin venu. Votre motivation et votre investissement personnel seront les facteurs déterminants dans la réussite de votre entreprise à ce stade. Vous devez croire en votre idée, vous battre pour la faire émerger et ne pas compter votre temps et votre énergie afin de la consolider. Votre projet est à la fois votre objectif et votre moteur. Il est essentiel de penser de cette façon car, par définition, une entreprise qui ne se projette pas, qui ne se développe pas, est déjà condamnée.

L’étude de marché : mon idée est-elle en adéquation avec les besoins du marché ?

Cette étape, qui n’est pas à négliger, va vous permettre de mesurer la faisabilité commerciale de votre projet. Vous pouvez réaliser cette phase de A à Z ou bien la confier à un professionnel. Ce dernier vous offrira l’avantage de vous faire gagner du temps, de vous proposer une étude parfaitement réalisée et de vous aider à rester concentré.

Une fois cette étude réalisée, vous comprendrez davantage les problématiques sous-jacentes au marché ciblé : qui en sont les acteurs, quelles sont les tendances, le niveau de concurrence, sa croissance, sa réglementation…

Vous aurez une idée plus précise de l’offre et la demande qui concerne votre projet, ce qui va vous aider à vous positionner sur votre secteur d’activité. Vous pourrez ainsi affiner votre politique de marketing-mix : Produit, Prix, Distribution, Communication. C’est également lors de cette étape que vous devrez être en mesure d’estimer votre Chiffre d’Affaires prévisionnel.

Cohérence avec votre situation personnelle : le grand chamboulement

Maintenant que vous savez que votre projet est fiable et réalisable commercialement, vous voulez vous y consacrer pleinement. C’est à ce moment qu’il faut étudier votre situation professionnelle, familiale et patrimoniale, et analyser quelles sont les compétences nécessaires à votre projet.

Si vous êtes salarié, il faudra penser à une date de départ de votre entreprise et comment assurer vos charges familiales si vous ne bénéficiez plus de revenus. Les allocations Pôle Emploi auxquelles vous aurez droit seront limitées dans le temps et d’un montant inférieur à vos revenus salariés. Vous aurez moins de temps à offrir à vos proches, votre niveau de stress augmentera et se répercutera sur les autres membres du foyer. De plus, en fonction de la forme de société choisie et de votre régime matrimonial, vous exposerez votre patrimoine personnel à vos créanciers en cas de difficultés financières.

Au niveau des compétences nécessaires à l’établissement de votre activité, les possédez-vous déjà toutes, ou faut-il vous former sur certains aspects ? Il peut être intéressant de chercher une personne qui possède une personnalité, un potentiel, des connaissances ou une expérience différente pour vous associer au sein de votre future structure. Enfin, pour exercer votre activité, faut-il des autorisations, diplômes, certifications particulières ?

C’est pendant cette phase qu’il est intéressant de se demander où exercer son activité. Dans l’hypothèse où vous comptiez travailler de chez vous ou bien vous rendre chez vos clients directement, la réponse est assez simple. Cependant, si vous exercez une activité qui nécessite un local commercial, la situation est différente car il vous faudra rechercher le bien immobilier le plus adapté à vos besoins, une tâche chronophage.

Le business plan : le prérequis à votre financement

Après votre étude de marché, l’élaboration de votre business plan, qui a une approche différente puisque c’est une étude prévisionnelle où il faudra chiffrer votre activité. L’objectif étant de savoir si votre projet est rentable, de connaître le montant d’emprunt nécessaire au démarrage de votre activité et enfin quels revenus vous pensez dégager sur les prochaines années.

Ce travail est très important car il a pour but de convaincre les établissements financiers de vous faire confiance, de croire en votre projet et donc de vous prêter les fonds nécessaires à la création de votre entreprise. Une telle négociation ne serait pas envisageable sans les données chiffrées.

La prise en compte d’un maximum de paramètres et la précision des estimations sont prépondérantes. Dans un premier temps il faudra se demander combien coûtera l’ensemble de votre activité : achat des marchandises, coût de stockage, de fabrication… Ensuite, estimer le montant des capitaux nécessaires au lancement de votre activité, le volume minimal des ventes à atteindre afin d’être rentable, si vos recettes seront suffisantes pour faire face à toutes vos dépenses, etc.

Comme vous pouvez le constater, cela peut sembler un peu complexe, c’est pour cette raison qu’il est recommandé de faire appel à un expert-comptable qui réalisera ce travail pour vous. L’intérêt étant d’avoir business plan détaillé qui vous aidera à acquérir les financements nécessaires.

Les sources de financement : constitution de votre enveloppe de départ

Une fois votre business plan réalisé, vous avez connaissance de l’enveloppe de financement qu’il vous faut acquérir pour lancer votre activité. Plusieurs sources de financement sont possibles et cumulables.

Tout d’abord, votre apport personnel, qui dans certains cas peut suffire à démarrer une activité. Dans le cas contraire, il est recommandé de présenter votre projet et votre business plan à une ou plusieurs banques pour obtenir un emprunt bancaire. D’autres sources de financement sont possibles : crédit-bail, microcrédit, crowdfunding, prêt d’honneur…

Il faudra également prendre connaissance des aides qui vous sont applicables. Si vous êtes demandeur d’emploi, renseignez-vous sur l’ACCRE, l’ARE, l’ARCE pour alléger votre besoin de financement. Vous pouvez également contacter des organismes de soutien à la création d’entreprises pour obtenir des prêts avantageux et vous informer sur les aides mises en place par votre région. Enfin, si votre projet est innovant, vous pourrez être subventionné.

Les formalités juridiques : naissance de votre entreprise

Une fois la question de votre financement élucidée, vous devrez vous occuper des formalités juridiques. Le plus simple étant de vous rendre chez un expert-comptable afin de déterminer avec un spécialiste l’entité juridique qui répond à vos besoins. C’est à ce moment que vous choisirez la forme de votre entreprise : SARL, SAS, SA, entreprise individuelle ainsi que son régime fiscal : IS ou IR.

De façon générale, votre comptable vous aidera à faire les choix qui correspondent le plus à vos besoins personnels et à ceux de votre activité. De surcroît, il saura vous répondre sur un spectre de questions très varié. Vous pourrez évoquer le choix du statut social du chef d’entreprise, la protection de votre patrimoine personnel, le type de rémunération…

A l’issue de votre rendez-vous, si vous choisissez de créer une société, le cabinet pourra vous proposer de vous épauler pour la rédaction de vos statuts, document qui vous sera indispensable pour procéder à la libération de votre capital et à l’ouverture de votre compte bancaire professionnel. Sur les statuts figurera également l’objet social de votre activité, qui revêt une importance toute particulière car c’est sur votre désignation que l’INSEE se basera pour vous octroyer votre code APE.

Enfin, le cabinet préparera votre dossier de création complet, le déposera au Centre des Formalités des Entreprises et réalisera toutes les démarches d’immatriculation.

Le lancement de l’activité : concrétisation de votre projet initial

Une fois l’immatriculation réalisée, vous recevez votre extrait Kbis, votre activité en tant que telle peut enfin démarrer. Vous pourrez alors lancer votre activité commerciale et facturer vos premiers clients.

Les enjeux pour vous seront multiples. Vous devrez tenir votre feuille de route et suivre vos objectifs tout en répondant quotidiennement aux nouvelles problématiques que vous rencontrerez. Toute la difficulté consistera à réaliser ce que vous aviez prévu tout en faisant face aux imprévus et à la croissance de votre structure. Dans ce tumulte, il ne faudra pas oublier les échéances fiscales et sociales. Votre cabinet comptable sera là pour vous soulager de vos obligations déclaratives et saura vous conseiller afin de vous libérer l’esprit.

 

Antoine