Créez votre entreprise GRATUITEMENT: On s’occupe de toutes les formalités pour  vous! JE ME LANCE

Les dépenses éligibles au crédit d’impôt recherche

Mis à jour le 25/11/2015

Le crédit d’impôt recherche (ou CIR) permet aux entreprises réalisant des opérations de recherche et de développement de bénéficier d’une aide parfois conséquente. Toutefois, cet avantage fiscal est souvent mal appréhendé par les contribuables, ne sachant pas toujours quelles dépenses sont éligibles et s’exposant ainsi à des redressements. Ces dépenses sont cependant limitativement par le législateur : amortissements, dépenses des personnels affectés à la recherche, les dépenses liées à la recherche externe, les dépenses liées aux brevets, les dépenses liées aux certificats d’obtention végétale, les dépenses de veille technologique ou certaines dépenses de normalisation. Cet article revient en détail sur ces différentes charges.


L-Expert-Comptable.com Confiez-nous votre compta pour 99€ ht / mois, tout compris ! Je me lance

La notion de dépenses éligibles

Le crédit d’impôt recherche est égal au produit des dépenses éligibles par un taux fixé par l'Etat. La détermination de ces dépenses est donc une problématique particulièrement importante, puisqu’elle permettra de connaître le montant de l’avantage fiscal.

Les dotations aux amortissements

Sont éligibles au crédit d’impôt recherche les dotations aux amortissements des immobilisations, créées ou acquises à l’état neuf, affectées directement à la réalisation d’opérations de recherche scientifique et technique. Il convient de prendre en compte les dotations déductibles du résultat imposable.

Lorsqu’un bien est affecté partiellement à la recherche (cas d’une utilisation mixte), les amortissements sont pris en considération au prorata du temps effectif d’utilisation de celui-ci pour la recherche.
Par exemple, si un bien de 100 000 euros et amorti sur 20 ans est affecté durant 6 mois à des opérations de recherche, le montant de l’annuité éligible sera de 100 000/20 x 6/12 = 2500 euros.

Les dépenses de personnel à intégrer au Crédit d'Impôt Recherche

Les rémunérations et les cotisations sociales obligatoires allouées aux chercheurs et techniciens de recherche directement et exclusivement affectés à des opérations de recherche entrent dans le champ d’application du crédit d’impôt recherche.

 

Les dirigeants non salariés (un gérant majoritaire par exemple) sont également concernés.  Il n’est pas nécessaire qu’un salarié possède un diplôme d’ingénieur : il peut avoir acquis, au sein de son entreprise, des compétences l’assimilant à un ingénieur.
 

Les dépenses de personnel relatives à la première embauche de doctorants sont retenues pour le double de leur montant durant les 24 premiers mois suivant leur premier recrutement. Pour cela, il faut recourir à un CDI  et l’effectif du personnel de recherche salarié de l’entreprise ne doit pas être inférieur à celui de l’année précédente.

Les dépenses de fonctionnement

Le montant des dépenses de fonctionnement est fixé forfaitairement à :

  • 75% des dotations aux amortissements des immobilisations affectées directement aux activités de recherche,
  • 50% des dépenses de personnel susvisées.

Les dépenses de sous-traitance

Une entreprise peut prendre en compte les dépenses de recherche qu’elle a sous traitées aux organismes suivants :

  • organismes de recherche publics,
  • fondations d’utilité publique agréées du secteur de la recherche,
  • établissements d’enseignement supérieur,
  • associations ayant pour fondateur et membre un organisme de recherche public ou un établissement public d’enseignement supérieur,
  • organismes de recherche privés ou experts techniques ou scientifiques agréés.

Les dépenses relatives aux brevets

Entrent dans l’assiette du crédit d’impôt recherche :

  • les frais de prise et de maintenance des brevets,
  • les dépenses de défense de ceux-ci,
  • les primes d’assurance-brevet.

Les dépenses liées aux certificats d’obtention végétale

Les frais de prise, de maintenance et de défense des certificats d’obtention végétale peuvent être pris en compte dans le calcul du CIR.
Une obtention végétale est une variété végétale nouvelle qui est créée ou découverte. Le certificat d’obtention végétale offre à son titulaire un droit exclusif à produire, reproduire ou vendre cette variété.

Les dépenses de veille technologique

On prend en compte dans cette catégorie les dépenses d’abonnements à des revues scientifiques et à des bases de données ou les frais de participation à des colloques scientifiques, s’ils sont liés à la réalisation d’opérations de recherche. Ces dépenses sont plafonnées à 60 000 euros par an.

Les dépenses de normalisation

Sont éligibles les dépenses exposées par les entreprises à raison de leur participation aux réunions officielles des organismes de normalisation chargés d’élaborer les normes françaises et internationales.

100 questions que se posent les entrepreneurs  Téléchargez gratuitement notre livre blanc sur les 100 questions que se posent  les entrepreneurs.   TÉLÉCHARGER

à propos

Cet article a été rédigé par le cabinet d'expertise comptable en ligne L-Expert-comptable.com. Notre spécialité : aider les entrepreneurs à se lancer et leur épargner la corvée d'une comptabilité.

Nos petits plus : des outils innovants, des tarifs bienveillants, des sourires constamment.

En savoir +

Note moyenne pour cet article : (0 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
0
Pas encore de note.