Quelle forme juridique pour quelle activité ?

Mis à jour le 03/05/2018

Le choix d’une structure juridique est l’une des premières étapes de la création d’entreprise. C’est l’activité exercée qui va principalement déterminer la forme juridique. Vous serez seul ? Préférez une entreprise individuelle, une EURL ou une SASU. Vous souhaitez vous associer ? Privilégiez une SARL, SAS ou une SNC.


Notes: 4 (12 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
4.333335
Moyenne: 4.3 (12 votes)

Les formes juridiques obligatoires et interdites à certaines activités : 

  • Les débitants de tabac sont, par exemple, contraints de se cantonner aux SNC (Société en Nom Collectif) ou aux entreprises individuelles. 
  • Les  activités d’épargne, de capitalisation ou d’assurance ne peuvent être exercées en SARL (Société a Responsabilité Limitée). 
  • Les artistes du spectacle ne peuvent créer une entreprise sous la forme de société par actions (SA, SAS, SASU)

Les autres formes juridiques : 

Pour toutes les autres activités, voici les formes juridiques qui sont à votre disposition : 

Forme juridique Capital minimum Nombre d’associés Intérêt(s) Limite(s)
Entreprise individuelle Aucun 1 Rapidité de la prise de décision Unicité du patrimoine professionnel et personnel de l’entrepreneur. 

EURL (Entreprise individuelle à Responsabilité Limitée),

SARL (Société A Responsabilité Limitée)

Aucune limite légale. 

Déterminé par les statuts : 20% du capital doit être libéré à la constitution, le solde dans les 5 années suivantes. 

EURL : 1

SARL : de 2 à 100 associés. 

Responsabilité limitée à hauteur des apports.  Gérant(s) : uniquement des  personnes physiques. 
SNC (Société en Nom collectif) Aucun

Minimum 2, 

Pas de maximum.

Les associés doivent avoir la capacité de commerçants

Simplicité de gestion de l’entreprise

Pas d’obligation de publier ses comptes annuels au Greffe

Responsabilité illimitée sur le passif

SASU (Société par Action Simplifiée Unipersonnelle),

SAS (Société par action Simplifiée)

Aucune limite légale. 

Déterminé par les statuts : 50 % du capital libéré à la constitution, le solde dans les 5 années suivantes

SASU : 1

SAS : Minimum 2, 

Pas de maximum. 

Responsabilité limitée à hauteur des apports.  Prise décision simplifiée (par rapport à la SA)
SA (Société Anonyme) 37.000 € dont la moitié libérée à la constitution, le solde dans les 5 années suivantes

Minimum : 7, 

Pas de maximum.

Responsabilité limitée à hauteur des apports.  La prise de décision peut être plus longue par rapport à d’autres formes sociétaires. 

Définitions des différentes formes juridiques :

  • Entreprise individuelle : L'entreprise individuelle permet l'accès à des options fiscales et sociales très simplifiées (régime de la micro-entreprise, régime de l'auto-entrepreneur) dont ne peuvent pas bénéficier les sociétés. L'entreprise individuelle est dirigée par une seule personne, elle n'a pas de « personne morale ». Depuis le 15 juin 2010, tout entrepreneur individuel peut affecter à son activité professionnelle un patrimoine séparé de son patrimoine personnel, sans création d'une personne morale.
  • Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) : L'entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) est un type de société qui offre une structure juridique d'accueil pour l'entreprise. Dans les faits, il s'agit juridiquement d'une société à responsabilité limitée (SARL) mais qui ne compte qu'un seul associé et dont le fonctionnement est simplifié par rapport à celui d'une SARL pluripersonnelle.
  • Société à responsabilité limitée (SARL) : La SARL est une société mixte de 2 à 100 personnes, où la responsabilité est limitée notamment parce que les parts détenues dans le capital ne sont pas librement accessibles sans l'accord de tous ou une partie de ses actionnaires.
  • Société en nom collectif (SNC) : La Société en nom collectif (SNC) est une société commerciale à responsabilité illimitée pour les associés. Relativement peu courante, elle protège les associés contre les prises de participation d'un tiers car les cessions de parts nécessitent l'accord unanime des associés. C'est la seule société commerciale non soumise à publication de ses comptes, et ce quel que soit le montant de son chiffre d'affaires ou de ses bénéfices, sauf si tous les associés de la société sont des personnes morales.
  • Société par Action Simplifiée Unipersonnelle (SASU) : La SASU est l'entreprise d'une personne physique ou morale qui crée une société par actions simplifiée (SAS) dont elle sera l'unique actionnaire. Cette forme juridique peut aussi être le résultat de la réunion dans les mains d'une seule personne des actions d'une SAS. La SASU présente l'avantage de faciliter le développement ultérieur de l'entreprise par le biais du régime des sociétés de capitaux.
  • Société par action Simplifiée (SAS) : La SAS est en même temps une société de capitaux (ce qui la rapproche de la société anonyme) et une société de personnes, c'est donc une société mixte. Elle laisse une grande liberté aux associés. Le fonctionnement interne d'une SAS est principalement défini par les statuts, (donc par la volonté des associés) et non pas par la loi. La principale caractéristique de la SAS est qu'elle permet de dissocier le capital du pouvoir : un associé peut disposer de prérogatives indépendantes de sa part de capital.
  • Société anonyme (SA) : La dénomination sociale d'une société anonyme ne révèle pas le nom des actionnaires, elle peut même ignorer leur identité lorsque les titres de la société sont au porteur. Son statut protège partiellement ses actionnaires en cas de faillite.

Peu d’activités sont soumises à une forme juridique spécifique. Cette variété vous laisse un large choix de structures pour la création de votre entreprise. Cependant, votre expert comptable est là pour vous conseiller de façon optimale en fonction des particularités de votre projet.

Les solutions pour créer son entreprise  Avocat, Expert-Comptable, Expert-Comptable en ligne ou Legaltech, découvrez  toutes les solutions   Téléchargez