Créez votre entreprise GRATUITEMENT: On s’occupe de toutes les formalités  pour vous ! Ca m'intéresse

Développeurs, tout savoir pour se lancer en Indépendant ! Formalités, étapes, aides financières, statut juridique, fiscalité

Mis à jour le 26/08/2020

Devenir développeur informatique à son compte nécessite de connaître le secteur et ses perspectives pour trouver une spécialisation opportune. Un positionnement clair et spécialisé vous aidera à vous différencier de la concurrence et à trouver des clients facilement. Le métier de développeur web exercé en indépendant est une profession libérale imposée dans la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux (BNC). Vous pouvez opter pour la fiscalité micro, celle de l’auto-entreprise ou celle des frais réels. Vous pouvez aussi choisir la forme juridique de société pour ouvrir une agence de développement informatique.


Le marché du développeur freelance en France

Selon un baromètre établi par la plateforme Malt en 2019, 24.7% des 930 000 freelances en France sont des développeurs. Plus de 50 % d’entre eux exercent leur activité à Paris et en région parisienne. Ils sont ensuite implantés en région Auvergne-Rhône-Alpes (11.4 %) ou sous le soleil, avec 6.6 % d’entre eux installés en Occitanie et 6.6 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

Leur tarif journalier moyen (TJM) dépend de plusieurs facteurs :

  • Leur spécialisation (développeur Front-end, Back-end, Full Stack, programmeur, concepteur, intégrateur…) ;

  • Leurs compétences et la maîtrise des langages de programmation (Python, Jquery, HTML, HTML 5, UML…) ;

  • Leur lieu de résidence (région parisienne ou autres régions) ;

  • Leur expérience sur le secteur.

 

Un développeur d’applications mobiles applique ainsi un TJM moyen de 368 €, contre 328 % pour un développeur Front-End.

Développeur indépendant : définition et mission

Devenir développeur indépendant est un métier à la mode ! Sa mission principale se concentre autour de la programmation pour créer des sites Web, des logiciels, des CRM, des jeux vidéo ou encore des applications. Le développeur informatique maîtrise les différents langages : Java, PHP, Javascript... et les logiciels de code (Flash, FrontPage...). Il sait travailler sur Mac, Windows et Linux. Le secteur étant de plus en plus diversifié, les professionnels ont tendance à se spécialiser pour se démarquer de la concurrence et asseoir leur positionnement. Ce peut être une spécialisation sur le langage informatique, par exemple ou sur un type de produit développé, comme développeur spécialiste des applications mobiles, des jeux vidéo, développeur PHP, développeur logiciel...

 

En somme, le développeur indépendant doit être capable de :

  • Définir avec précision les besoins du client ;

  • Élaborer un cahier des charges pour délimiter le contenu de sa mission ;

  • Programmer ou créer un site grâce à divers langages informatiques ;

  • Proposer des solutions logicielles ;

  • Tester son projet web et corriger les éventuels bugs…

Devenir développeur informatique freelance : avantages et inconvénients

Devenir développeur informatique indépendant , c’est se mettre à son compte pour vendre ses compétences dans ce domaine. La démarche consiste à créer son entreprise et à trouver des clients pour prospérer. Vous facturez en votre nom et sous votre responsabilité. Vous pouvez aussi créer votre activité en format de société de développement informatique pour séparer votre patrimoine personnel de l’activité professionnelle.

 

Avantages

  • Vous organisez votre emploi du temps comme vous l’entendez. Il faudra être rigoureux pour respecter les délais fixés avec vos clients ;

  • Vous travaillez dans l’environnement qui vous convient le mieux : un coworking space, votre domicile… ;

  • Vous choisissez vos missions et vos clients, en fonction de vos compétences techniques (CSS, Framework…) ou du langage de programmation que vous maîtrisez le mieux.

Inconvénients

  • Il peut être difficile de trouver ses premiers clients ;

  • Les revenus sont plus irréguliers que pour les développeurs web en CDI ;

  • Votre responsabilité est engagée à double titre : envers vos clients, pour réaliser la mission, et financièrement, si vous choisissez un statut juridique comme la micro-entreprise.

La réglementation pour devenir développeur informatique indépendant

La programmation informatique fait partie de la catégorie des professions libérales non réglementées. Tout autodidacte peut revendiquer le titre de développeur, mais il est nécessaire d’être à l’aise dans ce métier pour répondre aux attentes de la clientèle, se faire des références solides et gagner en notoriété. Le secteur étant fortement concurrentiel, une bonne réputation est la clé pour s’épanouir en tant que développeur freelance.

 

Si un diplôme n’est pas obligatoire, de nombreux développeurs ont suivi un cursus BTS, un bachelor, une école d’ingénieur ou un Master pro. Se former reste possible dans le cadre d’une reconversion, pour augmenter ses chances de débouchés sur le marché.

Les étapes pour devenir développeur indépendant

Les étapes pour devenir développeur freelance sont celles de la création d’entreprise, que l’on retrouve usuellement dans le business plan.

L’étude de marché

La première étape du business plan est l’étude de marché, à savoir l’analyse économique du secteur du développement informatique et ses perspectives à court, moyen et long terme. L’étude de marché est aussi une étude terrain, pour valider le profil de votre cible, leurs besoins, leur budget et pour bien comprendre l’offre commerciale et la stratégie de vos concurrents.

La stratégie commerciale

De l’étude de marché va découler la mise en place de votre stratégie commerciale, à savoir :

  • votre offre et vos éventuelles spécialisations, en rapport avec les perspectives d’évolution du secteur informatique, mais aussi selon les besoins et l’offre d’ores et déjà existante

  • vos tarifs

  • votre stratégie de communication (charte graphique, argumentaire commercial et points forts mis en avant pour vous différencier, supports de communication à créer, réseaux à intégrer)

  • votre organisation de travail, lieux de rencontre avec les clients, lieux de travail (espace de coworking, location de bureaux en hôtel d’entreprise, rencontre en clientèle, travail chez soi...)

Ces éléments de la stratégie doivent être déclinés au regard de votre positionnement concurrentiel.

N’hésitez pas à contacter la Chambre professionnelle des métiers du numérique pour obtenir des informations sur les réseaux, l’économie du secteur, etc. : www.syntec-numerique.fr

Les prévisions financières

La troisième étape du business plan consiste à anticiper vos besoins financiers pour démarrer l’activité de développeur informatique indépendant. Dans ce contexte, le plan de financement est un tableau qui liste les besoins matériels, immatériels et les besoins en trésorerie au démarrage. Pour une activité de développeur freelance, ce sont généralement :

  • l’acquisition de logiciels, de matériel informatique

  • la création d’un site Internet vitrine, de cartes de visite

  • de la trésorerie pour faire face aux premières dépenses avant de réaliser suffisamment de chiffre d’affaires (location d’espaces, de bureaux, déplacements...)

  • la souscription d’une assurance civile professionnelle (RC Pro) pour couvrir les éventuelles erreurs commises dans le cadre de l’exploitation

Des prévisions financières permettent de formaliser le modèle économique, de fixer des objectifs de rentabilité et de visualiser le minimum de chiffre d’affaires à encaisser pour couvrir ses frais et vivre de l’activité en indépendant (seuil de rentabilité).

Le choix du statut juridique du développeur freelance / indépendant

Devenir développeur informatique en auto-entreprise

De nombreux développeurs informatiques optent pour le régime simplifié de l’auto-entreprise . Ce choix est intéressant, à condition d’avoir peu d’investissements au démarrage et peu de charges fixes, car le statut d’auto-entrepreneur ne permet ni de récupérer la TVA, ni de déduire ses frais professionnels. Enfin, il s’agit d’une entreprise individuelle dans laquelle les créances et les dettes sont rattachées au patrimoine personnel du dirigeant (contrairement à la création d’une société). L’auto-entreprise convient aux activités dont le risque financier est largement maîtrisé.

Devenir développeur informatique en société commerciale

Autre possibilité, vous lancer comme développeur professionnel en EURL / SARL ou SASU / SAS. Ces formes juridiques apparaissent plus adaptées pour le développement de l’activité, car :

  • Il n’existe pas de plafonds de chiffre d’affaires comme en micro-entreprise ;

  • Vous pouvez déduire vos charges de votre bénéfice (par exemple, les frais liés à l’acquisition d’un logiciel de développement) ;

  • Votre responsabilité est limitée aux apports que vous réalisez dans le capital social. Vous protégez ainsi votre patrimoine personnel.

La fiscalité du développeur indépendant / freelance et le régime d’imposition du développeur freelance / indépendant

L’activité de développeur indépendant correspond à une profession libérale, exercée sous la forme juridique d’une entreprise individuelle, d’une auto-entreprise ou d’une société commerciale.

 

Si vous optez pour la micro-entreprise, le régime fiscal est l’impôt sur le revenu. Le chiffre d’affaires que vous déclarez chaque mois donnera lieu à une imposition dans la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) :

  • au régime micro fiscal

  • au prélèvement forfaitaire libératoire, sous conditions.

Vous bénéficiez d’un abattement pour prendre en compte les frais de fonctionnement de votre structure juridique. Vos revenus sont ensuite imposés au barème progressif, dans votre tranche marginale d’imposition.

Si vous créez une société (EURL/SARL, SASU/SAS), vous serez soumis au régime du réel à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés.

La protection sociale du développeur freelance / indépendant

Outre l’imposition sur vos revenus, vous devrez également vous acquitter des cotisations sociales. Elles vous permettent d’obtenir une protection sociale plus ou moins complète selon si vous êtes :

  • travailleur non-salarié (TNS) : c’est le cas des entrepreneurs individuels, micro-entrepreneurs et gérants majoritaires d’EURL / SARL. Il est recommandé de compléter sa couverture sociale avec un contrat de prévoyance ou une mutuelle ;

  • assimilé salarié : c’est le cas des présidents de SAS / SASU et du gérant minoritaire ou égalitaire de SARL. Ils bénéficient d’une protection sociale étendue, à l’exception d’une couverture chômage.

Les formalités administratives pour devenir développeur freelance / informatique

Elles dépendent du statut juridique que vous avez choisi. Pour un micro-entrepreneur, les démarches se réalisent en ligne et en quelques clics. Pour une société commerciale, elles sont plus compliquées.

Les formalités d’immatriculation pour devenir développeur informatique sont à réaliser au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) de :

  • l’URSSAF si vous créez une entreprise individuelle

  • la Chambre de Commerce et d’Industrie si vous optez pour une société (EURL/SARL, SASU/SAS)

Dans le cas d’une création d’une société, des formalités supplémentaires sont à accomplir pour lancer son entreprise :

  • la rédaction des statuts juridiques

  • la publication d’un avis dans un Journal d’Annonces Légales (JAL)

  • le remplissage du formulaire Cerfa M0 pour créer son entreprise

  • le dépôt d’une partie du capital social sur un compte bloqué ;

  • le dépôt du dossier d’immatriculation auprès du CFE compétent.

Quels coûts pour se lancer en développeur freelance / indépendant ?

Le coût des formalités de création d’une entreprise va jusqu’à 300 euros environ pour la création d’une société, hors frais supplémentaires de rédaction des statuts et de publication dans un Journal d’Annonces Légales.

En parallèle, vous devez prévoir les frais liés à l’acquisition du matériel nécessaire à votre activité. Pensez également aux dépenses pour l’ouverture d’un compte bancaire ou la souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle.

Des aides financières peuvent vous aider à démarrer plus sereinement, notamment :

  • l’ACRE : vous bénéficiez d’une exonération partielle ou totale de cotisations sociales lors du lancement de votre activité ;

  • l’ARCE : vous recevez 45 % de vos droits chômages sous la forme d’un capital ;

  • les subventions publiques : elles peuvent être versées par l’État ou les collectivités locales.

Le salaire / la rémunération du développeur freelance / indépendant

Devenir indépendant, c’est renoncer à un salaire fixe pour se verser une rémunération, en fonction des missions que l’on parvient à décrocher. Pour pouvoir vous payer, il faut au préalable que vous vous acquittiez de vos diverses charges (impôts, cotisations sociales, frais de fonctionnement de votre entreprise…).

Si vous choisissez une société commerciale, vous pouvez envisager deux modes de rémunération :

  • Un salaire versé par votre entreprise. Les charges sociales sur celui-ci varient en fonction du statut, TNS ou assimilé salarié ;

  • Des dividendes versés une fois par an. Attention, ceux-ci ne sont pas soumis aux cotisations sociales mais aux prélèvements sociaux, et en conséquence, ils ne vous donnent pas droit à une couverture sociale !

Le TJM du développeur freelance / indépendant

Nous vous le disions plus haut, le TJM varie en fonction de nombreux facteurs (expérience professionnelle, langages informatiques maîtrisés, lieu d’exercice de l’activité…).

Pour vous donner un ordre d’idée, le TJM d’un développeur Java à Paris varie de 233 € pour un junior à 593 € pour un senior, soit une moyenne de 429 €.

Il convient dans un premier temps d’étudier le TJM pratiqué par d’autres développeurs disposant d’une expérience et de compétences spécifiques pour savoir comment vous positionner. Prenez ensuite en compte vos diverses charges, qui viendront pondérer votre TJM.

Comment trouver ses premiers clients en tant que développeur indépendant ?

  • Faites fonctionner le bouche-à-oreille ! Comme tous les candidats à l’entrepreneuriat, informez votre entourage et votre réseau du lancement de votre activité. Ils pourront peut-être vous recommander s’ils entendent parler d’un besoin en développement informatique ;

  • Prospectez : contactez directement les entreprises qui pourraient avoir besoin de vos services ;

  • Inscrivez-vous sur des plateformes spécialisées pour les freelances comme Malt, Codeur…

Confiez-nous votre création d’entreprise  Rédaction du dossier de création & démarches, on s’occupe de tout !   Je me lance

à propos

Cet article a été rédigé par le cabinet d'expertise comptable en ligne L-Expert-comptable.com. Notre spécialité : aider les entrepreneurs à se lancer et leur épargner la corvée d'une comptabilité.

Nos petits plus : des outils innovants, des tarifs bienveillants, des sourires constamment.

En savoir +

Note moyenne pour cet article : (0 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
0
Pas encore de note.
JE TÉLÉCHARGE <>
JE TÉLÉCHARGE  <>
JE TÉLÉCHARGE  <>