Bilan Comptable 2019 : en retard ? Pas de panique, on s'occupe de tout,  et  100% en ligne !  J'EN PROFITE

Comment réaliser un business plan ? Nous vous proposons une structure détaillée

Mis à jour le 20/03/2020

Le business plan fait partie des étapes indispensables de la création d’une entreprise . Compte tenu des enjeux importants liés à ce document, il est essentiel d’en soigner la rédaction. Pour ce faire, nous vous proposons ici un modèle de business plan en deux parties distinctes présentant, d’une part, le projet professionnel, et d’autre part, la stratégie et les moyens mis en œuvre pour la création de l’entreprise.


Employeur & Covid-19 : Les réponses à vos questions   * Report des charges fiscales   * Report des charges sociales   * Besoin de financement   * Échéances remboursement de crédit Lire l'article
En 2020, lancez-vous en tant que Freelance !  Notre cabinet en ligne vous conseille gratuitement et vous guide pour bien  vous lancer ! EN SAVOIR +
ALERTE BILAN COMPTABLE ! Notre cabinet comptable en ligne s’occupe de tout  pour vous ! Faites le choix de la sérénité ! ÇA M'INTÉRESSE !
Envie d'un devis pour votre comptabilité ? Chez L-Expert-comptable.com c'est  gratuit !  JE VEUX UN DEVIS !
Inscrivez-vous à notre prochain Webinar !  Quelles sont les étapes pour devenir Freelance ?  S'INSCRIRE !

Rédiger un Business Plan efficace : le projet professionnel

Décrire son projet professionnel

Un bon business plan doit tout d’abord présenter votre projet d’activité de manière claire et concise. Vous pourrez ainsi rédiger, dans un premier temps, la présentation de :

  • L'activité professionnelle envisagée,
  • La construction du projet (rachat de société ou création d’entreprise),
  • Le lieu d’implantation de la future activité.

Cette première partie permet d’offrir à une personne extérieure, et notamment aux partenaires et financeurs (investisseurs et banquiers), une vision synthétique du projet. Différents éléments peuvent être ajoutés pour étayer la présentation de votre projet de création d’entreprise, mais le tout doit rester structuré et concis pour faire office d’introduction simple et efficace à votre plan d’affaires.

Présenter le porteur du projet

Il est impossible de monter un business plan sans y faire une présentation de l’entrepreneur et porteur du projet. Ce dernier doit être mis en avant au même titre que sa future activité. En effet, la personnalité de l'entrepreneur, son expérience et son profil qui sont autant de critères importants que les financeurs doivent prendre en compte pour évaluer la viabilité et la pérennité d’un projet d’entreprise.
 

Pour la rédaction de cette partie du business plan, vous devrez mettre en avant :

  • Le rôle de l'entrepreneur au sein du projet : va-t-il exercer une activité salariée ou non ? Sera-t-il le gérant de la société ? Que peut-il apporter à la société une fois créée ? Quels seront son statut et son rôle dans la gestion de la société ?

  • Les formations réalisées par le porteur de projet : il est important de mettre en avant dans le business plan toutes les formations suivies par l'entrepreneur, et qui sont en lien direct avec sa future activité. Les investisseurs sont toujours plus rassurés de savoir que le créateur d’entreprise connaît et maîtrise l'activité présentée et qu’il saura la rentabiliser efficacement.

  • Les expériences de l'entrepreneur : comme pour les formations, il faut également mettre en avant toutes les expériences réalisées en lien avec l'activité envisagée.

Présenter le porteur du projet dans le business plan revient à faire état de son CV, mais de manière moins formelle. D’autres éléments peuvent être ajoutés à la description du porteur de projet, à condition qu'ils mettent en valeur les capacités de gestion et les connaissances autour du domaine d’activité visé.

Choisir la structure juridique, fiscale et sociale de son entreprise

Cette partie du business plan est un peu plus technique que les précédentes. Elle doit être très précise, et présenter dans le détail le choix de la structure juridique, fiscale, et sociale de l’entreprise :

  • Renseigner la forme juridique envisagée : définir le statut juridique de l’entreprise (SA, SARL, SAS...), le nombre d'associés, ainsi que le nombre de parts et le rôle de chacun au sein de la société;

  • Déterminer le régime fiscal du business plan, qui suit l'aspect juridique. Par exemple, une SARL sera imposée à l'impôt sur les sociétés (sauf option ou SARL de famille);

  • Choisir le régime social, qui ne concerne ici que le gérant de l’entreprise. Sera-t-il salarié ou freelance ? Quel sera le pourcentage de ses cotisations sociales ? Bénéficiera-t-il d'exonérations de ses charges sociales, telles que l' ACRE (l'Aide à la Création ou à la Reprise d'une Entreprise), qui permet une exonération partielle durant les premières années d’activité ?

Analyse concurrentielle du marché

Cette partie du business plan peut être assimilée à une étude de la concurrence identifiée sur le marché visé. Elle sert à démontrer tous les atouts de la future activité entrepreneuriale par rapport aux concurrents présents sur le marché. Ainsi, cette partie du business plan pourra mettre en avant les avantages :

  • Géographiques : l’entreprise est mieux localisée que ses concurrents, elle est plus proche de la clientèle ciblée, plus visible par les futurs prospects…

  • Innovants : les produits ou services proposés sont originaux, plus diversifiés, plus techniques, ils répondent à un marché nouveau et porteur…

  • Financiers : si l’entrepreneur possède des fonds propres, ou des sources de financement assurées, cela peut représenter un réel avantage face à la concurrence, quant à la viabilité du projet.

  • Relationnels : l’entreprise peut également se démarquer par son réseau professionnel étendu, des partenariats déjà établis avec des clients, des fournisseurs, ou encore par une stratégie marketing percutante et forte.

Les moyens mis en œuvre au sein de l’entreprise

Cette deuxième grande partie du business plan vise à lister et chiffrer l'ensemble des stratégies mises en place par l’entreprise pour lui permettre d’établir un modèle économiquement viable. Pour cette étape clé de budgétisation, vous devrez être suffisamment avancé dans l’élaboration de votre plan, afin de faire état avec précision des objectifs fixés, des besoins de votre entreprise et des frais à engager.

Il faut également savoir qu’un business plan se base généralement sur la prévision des 3 années d’activité à venir (parfois même sur les 5 ou 10 prochaines années). Il liste ainsi les moyens à mettre en œuvre sur chacune de ces années. Les résultats chiffrés vont permettre d'établir un plan de financement , un bilan , un compte de résultat et un plan de trésorerie prévisionnel.

Les investissements réalisés par l’entreprise

La partie concernant les investissements pourra être présentée sous forme de tableau dans votre business plan. Ce tableau fera mention de tous les biens acquis par l’entreprise et utilisés de manière durable (c'est-à-dire sur plus d'un an). Les amortissements de ces biens (soit la constatation comptable de la perte de valeur d'un bien) devront aussi être pris en compte.

Chaque activité possédant ses spécificités, il est impossible de citer de manière exhaustive l'ensemble des achats et investissements qui seront nécessaires. Voici néanmoins quelques exemples concrets des dépenses envisageables pour la création de la future entreprise :

 

  • Fonds de commerce
  • Agencements (meubles, décoration...)
  • Enseigne
  • Matériel et outillage
  • Frais d'agence
  • Véhicules
  • Frais de notaire
  • Stratégie marketing

 

Les financements pour l’entreprise

Les besoins de financement sont souvent importants pour une entreprise, surtout au moment de sa création. Au démarrage de l’activité, des frais sont investis dans du matériel, des logiciels, un fonds de commerce, ou des mobilier de bureau… L’entrepreneur doit aussi lever des fonds pour le lancement marketing de son activité (site internet, community manager, posts publicitaires…). En effet, la première année est une période critique pour toutes les jeunes entreprises. En tant que chef d’entreprise, l'élaboration d’une bonne stratégie de communication est donc l’un des facteurs clés du succès. Un plan efficace vous aidera à bénéficier d’un rendement suffisant les premières années, d’assurer un seuil minimum de rentabilité, et de rester compétitif dans un marché concurrentiel.

Il va ainsi falloir détailler dans le business plan les différents modes de financement, ainsi que les remboursements de crédits éventuels sur les 3 ans à venir.

 

 

Les différents moyens de financement possible sont :

 

  • les apports des associés : ces apports en autofinancement peuvent prendre la forme d’un capital social, d’un compte courant d'associés, d’apports en nature (biens meubles ou immeubles)…
  • les prêts bancaires : ces emprunts sont remboursables de manière périodique ; le taux d'intérêt appliqué sera plus ou moins important en fonction des établissements bancaires.
  • les prêts de la part d'autres organismes : il peut s’agir de prêts à taux zéro proposés par le NACRE (le Nouvel Accompagnement à la Création ou la Reprise d'Entreprise).
  • le financement participatif : faire une demande de financement auprès d’établissements bancaires tels que la NEF permet de bénéficier d’un prêt bancaire par microcrédits. Il s’agit d’un mode de financement idéal pour les petites entreprises ou les start-ups, aux besoins de financement souvent faibles.

La mise en rapport des besoins (investissements) et des ressources (financements) va ainsi définir le plan de financement du repreneur ou créateur d’entreprise.

Les moyens humains au sein de l’entreprise

Cette partie du business plan met en avant les moyens humains, et doit présenter une liste des salariés et de leur fonction au sein de l’entreprise. Il faudra notamment mentionner pour chacun d’eux le salaire brut annuel, ainsi que les cotisations patronales correspondantes. Les salaires et cotisations des travailleurs non salariés devront aussi être précisés.

Les ventes et les charges de l’entreprise

Les ventes et les charges de l’entreprise sont probablement les éléments les plus délicats du business plan. En effet, elles sont généralement très difficiles à évaluer avec précision. Il convient d’être pessimiste dans ces prévisions, quitte à largement sous-estimer le montant des ventes et le chiffre d'affaires, et à surestimer le montant des charges dans sa projection financière.

Les ventes et les charges, dont il est ici question, sont étroitement liées. En effet, les charges augmentent ou diminuent souvent en même temps que les ventes. Par exemple, une hausse des ventes de produits impliquera généralement plus d’achats de matières premières, ainsi que des frais de fonctionnement plus importants (électricité, frais de transport ou autres).

Ces ventes et ces charges doivent normalement évoluer sur les 3 années qui suivent le début d’activité. Les prévisions financières de l’entreprise sont censées prendre en compte une croissance de l’activité d'une année à l'autre. Les données ainsi récoltées doivent permettre d’établir un compte de résultat prévisionnel.

 

 

Voici quelques exemples des charges les plus courantes dans la gestion d’entreprise :

 

  • Petit équipement,
  • Sous-traitance,
  • Énergie (eau, électricité, chauffage ...),
  • Déplacements
  • Réparation, entretien matériel & immeuble
  • Loyer (local commercial)
  • Assurances (responsabilité civile, véhicules ...)
  • Fournitures de bureau
  • Honoraires
  • Frais postaux & télécommunication
  • Services bancaires
  • Publicité
  • Divers

TOTAL AUTRES ACHATS ET CHARGES EXTERNES

  • CET (CFE et CVAE)
  • Taxes diverses

TOTAL IMPÔTS ET TAXES

  • Salaires et charges sociales (salariés)
  • Salaires et charges sociales (gérance)

TOTAL CHARGES SOCIALES

TOTAL AMORTISSEMENTS
 

  • Intérêts des emprunts

TOTAL CHARGES FINANCIERES

 

L'ensemble de ces données chiffrées permettent l'élaboration d'un bilan, représentant le patrimoine d'une entreprise à un instant T. Elles permettent aussi d’établir un compte de résultat, qui retrace l'ensemble des recettes et des charges de la société. Enfin, les données récoltées serviront aussi à la mise en place d’un plan de trésorerie, qui prend en compte l'ensemble des encaissements et des décaissements d'argent.

Une fois la rédaction de votre business plan terminée, vous serez en mesure de défendre les points forts et de justifier la viabilité de votre projet d’entreprise, face aux différents partenaires (banque et autres financeurs, associés, fournisseurs, futurs clients…).

 

Le business plan vous offre surtout, en tant que chef d’entreprise, une base de travail solide, qui vous aidera à orienter vos décisions et à piloter votre entreprise en fonction des prévisions établies.

 

Et après le business plan ?

 

Nous espérons que cet article vous aura été utile pour la rédaction de votre business plan et vous fera avancer dans votre projet. Sachez qu’une fois votre business plan et votre étude de marché terminés, l’expert-comptable.com se propose de vous accompagner gratuitement dans la création de votre entreprise . Notre équipe pourra donc vous aider dans le choix de votre statut juridique ou encore dans l’écriture de votre dossier juridique par exemple.

 

 
Confiez-nous votre création d’entreprise  Rédaction du dossier de création & démarches, on s’occupe de tout !   Je me lance

à propos

Cet article a été rédigé par le cabinet d'expertise comptable en ligne L-Expert-comptable.com. Notre spécialité : aider les entrepreneurs à se lancer et leur épargner la corvée d'une comptabilité.

Nos petits plus : des outils innovants, des tarifs bienveillants, des sourires constamment.

En savoir +

Note moyenne pour cet article : (53 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
3.62264
Moyenne: 3.6 (53 votes)
JE TÉLÉCHARGE  <>