Vous cherchez un Expert-Comptable ?
Contactez-nous ! 0800 20 30 30
Appel gratuit d'un poste fixe

Dossier

Le business plan ou dossier prévisionnel

Publié le 28/09/2009

Page 4 / 5

4ème étape : le compte d'exploitation prévisionnel

S'il est plus facile d'établir un compte d'exploitation prévisionnel lors du rachat d'une activité pré-existante, la démarche sera très proche d'une création d'entreprise.

Dans tous les cas, le compte d'exploitation devra être établi pour une période de 3 ans, ce qui permettra de juger de la viabilité du projet

Comme son nom l'indique, il s'agit d'un compte prévisionnel : l'entrepreneur peut prévoir des lendemains qui chantent avec des prévisions très optimistes. Mais gare aux déconvenues car la réalité sera douloureuse, alors un conseil : être réaliste, voire un brin pessimiste. Les surprises sont toujours plus agréables dans ce sens.

Alors comment procéder pour « coller » le plus possible à la réalité ?

Commencer par le plus facile : chiffrer la totalité des charges qui devront être supporter, en s'aidant en cas de reprise des charges que supportait le prédécesseur en prenant soin de les analyser une par une car toutes ne sont pas reconductibles à l'identiques.

Ces charges ne doivent pas être minimisées. Les frais de publicité engagés la 1ère année d'activité, les frais d'entretien et de remise en état surtout dans le cas du rachat d'une affaire, les achats de petits matériels etc.

Toutes ces charges ont un nom pour les professionnels de la comptabilité, il s'agit des charges externes dont la plus grande partie sont des charges fixes, ce qui signifie que quelque soit le niveau d'activité, celles-ci ne varieront pas. C'est le cas par exemple du loyer à régler tous les mois : il est indépendant du niveau d'activité, d'où l'appellation de charge fixe.

Vient ensuite la rubrique des impôts et taxes, où nous conseillons de faire abstraction des exonérations auxquelles l'entrepreneur peut prétendre, ce qui ne veut pas dire qu'il faut y renoncer. Mais là encore le projet doit être viable sans ces aides, et ce pour une raison toute simple, le chef d'entreprise n'en bénéficie pas tous les ans, et cela fait partie des surprises agréables.

La masse salariale, si l'entrepreneur a prévu d'embaucher, dépendra de l'effectif prévu. S'il est seul, les cotisations sociales représenteront environ 45% du bénéfice ou de la rémunération selon le statut juridique retenu.

Les frais financiers : le montant du remboursement en capital lié à l'emprunt qui aura éventuellement été souscrit sera également à prendre en compte.

Et enfin, dans le cas d'une entreprise individuelle, l'entrepreneur ne doit pas oublier d'intégrer le montant des prélèvements personnels, c'est-à-dire la somme retirée de l'entreprise tous les mois pour vivre.

Il reste un poste à déterminer et nous arrivons au point le plus délicat : le chiffre d'affaires que le futur chef d'entreprise devra réaliser pour couvrir la totalité des charges.

Sans être expert-comptable, l'entrepreneur pourra déterminer son point mort ou seuil de rentabilité de la manière suivante : taux de marge sur coût variable.

N'ayez pas peur si vous découvrez ce terme, et après ces quelques exemples vous aurez tout compris :

Savez-vous que lorsque vous allez au restaurant, sur un menu à 10 euros, le coût des matières premières s'élève à environ à 3 euros. Par différence, vous venez d'obtenir la marge sur coût variable soit 10 - 3 : 7 euros.

Pour obtenir le taux de marge sur coût variable, vous faites le rapport suivant :

Marge sur coût variable / Chiffre d'affaires
soit 7/10 égal 0.70 x 100 = 70%

Si vous allez chez le coiffeur, vous faites le même calcul sauf que cette fois les matières premières utilisées tel que le shampoing représente 10% du prix qui vous sera demandé. Pour calculer le taux de marge sur coût variable, vous faites le même calcul :

100-10 : 90 puis 90/100 : 90% de taux de marge
sur coût variable.

Chaque profession à ses ratios, et si le projet porte sur la fabrication d'un produit, il reste à calculer le coût des matières qui sont consommés, le prix de vente des articles et vous êtes à même de calculer votre taux de marge sur coût variable.

Pour revenir à au prévisionnel, le chef d'entreprise doit totaliser toutes les charges qu'il aura à supporter, ils les divisent par le taux de marge sur coût variable et il obtient son point mort, c'est-à-dire le chiffre d'affaire qu'il lui faudra réaliser pour couvrir la totalité de ses charges, et cela sans dégager de bénéfice.

Si la totalité de ses charges s'élève à 95 850 euros, avec un taux de marge sur coût variable de 58%, il fait le calcul suivant :

charges de l'exercice / 0.58

ce qui nous donne : 165 258, soit le C.A. à réaliser pour obtenir un bénéfice mais aussi une perte de 0.